Ingérence russe dans la présidentielle américaine : Trump a «probablement» le pouvoir de se gracier

JUSTICE Le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur les tentatives russes de manipuler l'élection de 2016 en faveur de Donald Trump, aimerait beaucoup entendre le président américain. Mais il est probable que celui-ci décline, selon son avocat...

— 

Le président des Etats-Unis Donald Trump le 5 mai 2018 à Washington
Le président des Etats-Unis Donald Trump le 5 mai 2018 à Washington — Zach Gibson/NEWSCOM/SIPA

Retourner à l’article