Mort de Christophe : Sa veuve, Véronique, révèle pourquoi elle n’a pas parlé du coronavirus à son décès

CONFESSIONS Véronique Bevilacqua, qui a partagé la vie de Christophe pendant près de 30 ans, s'est exprimée sur RTL

C.R.

— 

Christophe, sa femme Véronique et leur fille à Marrakech, dans les années 80
Christophe, sa femme Véronique et leur fille à Marrakech, dans les années 80 — BLONDIN/SIPA

En plein confinement, le chanteur Christophe disparaissait le 16 avril dernier à l’âge de 74 ans, et on se souvient encore de ces images de voisins chantant à leur balcon pour lui rendre hommage. Quelques jours auparavant, l’interprète des Mots Bleus avait été hospitalisé pour « insuffisance respiratoire », puis était décédé des suites «  d’un emphysème », une maladie pulmonaire.

Au moment d’annoncer le décès de Christophe à l’Agence France-Presse, son épouse Véronique Bevilacqua (de laquelle il était séparé, mais pas divorcé) n’a pas fait mention du coronavirus dans son communiqué. Une décision qui avait étonné les fans du chanteur, dont certains médias affirmaient qu’il avait été testé positif au Covid-19 au moment de son hospitalisation.

Une vente aux enchères organisée par sa veuve et sa fille

Derrière le communiqué ne se cachait pourtant aucune tentative de dissimulation, comme l’a confié la veuve de Christophe au micro de RTL. « Je n’ai jamais voulu cacher le Covid, c’est juste que je ne le savais pas, a-t-elle expliqué. Lorsqu’il est arrivé à l’hôpital, c’était pour sa crise d’emphysème qui était assez importante. C’est ça qui a été un petit peu pénible, parce qu’il avait les poumons très attaqués. »

Prochainement, une vente aux enchères des objets de Christophe sera organisée par Véronique Bevilacqua et sa fille Lucie. L’artiste était un grand collectionneur et avait amassé des tas d’objets dans son appartement du boulevard Montparnasse à Paris. Les fans comme les amateurs pourront donc se procurer des appareils photo, des livres anciens, des tableaux ou encore des instruments de musique.