L'animatrice Carolien Flack, lors du tournage de Love Island, en juillet 2019, Espagne.
L'animatrice Carolien Flack, lors du tournage de Love Island, en juillet 2019, Espagne. — ITV/REX/SIPA

TELEVISION

L'animatrice Caroline Flack s'est suicidée, le Royaume-Uni est sous le choc

Caroline Flack a été retrouvée morte samedi chez elle, à Londres. Elle avait 40 ans

Elle était l’un des visages familiers des téléspectateurs britanniques. L’animatrice Caroline Flack a été retrouvée morte samedi dans son appartement londonien. L’avocat de sa famille a révélé qu’elle s’était suicidée. Elle était âgée de 40 ans.

L’annonce de son décès a créé un choc outre-Manche. Elle avait présenté les versions locales des très populaires Je suis une célébrité, sortez-moi de là ! ou du télécrochet X Factor. Signe de son capital sympathie auprès du public, elle avait remporté le Danse avec les stars britannique en 2014.

Depuis samedi, en même temps que les hommages se multiplient sur les réseaux sociaux, les messages pointant du doigt la presse people abondent.

Déboires judiciaires

Caroline Flack, dont la carrière télévisuelle a débuté il y a une quinzaine d’années, a été dans le radar des tabloïds à plusieurs reprises. Ses relations sentimentales avec le prince Harry – une brève histoire en 2009 – et le chanteur Harry Styles, avaient fait les choux gras des tabloïds.

Ces journaux sensationnalistes ne l’ont pas davantage épargnée, lorsque, en décembre, elle a été accusée d’avoir agressé son compagnon, le tennisman Lewis Burton. Lors d’une première comparution, elle avait plaidé non coupable. Bien que son petit ami ait demandé l’abandon des poursuites, l’affaire devait être jugée au tribunal le 4 mars. Ces déboires judiciaires ont coûté à Caroline Flack son poste d’animatrice de la très suivie émission de téléréalité Love Island.

« Je connais peu de choses de Caroline Flack. Mais j’en sais assez pour constater l’effarante hypocrisie et la manière dont certains réécrivent leurs points de vue et les événements sur Twitter ce soir », a tweeté samedi le journaliste et écrivain Alastair Campbell, ex-directeur de la communication de Tony Blair.

Articles supprimés

Le Guardian écrit que des tabloïds ont dépublié des articles négatifs sur Caroline Flack mis en ligne avant sa mort. Le Sun, par exemple, a supprimé une publication mettant en avant une carte de Saint Valentin satirique représentant une caricature de l’animatrice accompagnée du message « I’ll fucking lamp you ». Un jeu de mots autour du mot « lamp », faisant référence à la lampe avec laquelle elle aurait frappé Lewis Burton – ce dernier avait démenti l’information par la suite- et au sens argotique du terme, synonyme de « tabasser ».

Ce dimanche, Lewis Burton s’est exprimé sur son compte Instagram, en postant une photo de vacances sur laquelle Caroline Flack l’enlace. « Mon cœur est brisé, il y avait quelque chose de si spécial entre nous. Je ne trouve pas les mots, j’ai si mal, tu me manques tant, a-t-il écrit. Je serai ta voix, chérie. Je promets que je poserai toutes les questions que tu voulais et que j’obtiendrais les réponses. Rien ne te ramènera, mais j’essaierai de te rendre fière chaque jour. Je t’aime de tout mon cœur. »

« Une importante détresse »

Les agents de l’animatrice ont déclaré dans un communiqué que le Parquet « devrait réfléchir sur la manière dont ils ont monté un procès-spectacle qui était non seulement sans fondement mais aussi d’aucun intérêt public. Et finalement cela a provoqué une importante détresse chez Caroline ».

Par ailleurs, une pétition en ligne qui a dépassé les 150.000 signatures dimanche a été lancée pour demander une enquête au sein des médias à la suite de la mort de Caroline Flack et aussi du « mauvais traitement » infligé au couple princier Harry et Meghan, qui avait lancé à l’automne dernier des poursuites judiciaires contre plusieurs tabloïds pour atteinte à leur vie privée.