Suppressions de postes à BFMTV et RMC : Jean-Jacques Bourdin attaque son patron, Patrick Drahi, sur sa fortune

COMMUNISTE Avec une fortune de 12,5 milliards, « est-ce que moralement, c’est acceptable » de supprimer des postes, s’est interrogé le journaliste face à son invité Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef

B.Ch.

— 

Jean-Jacques Bourdin est chaque matin sur RMC
Jean-Jacques Bourdin est chaque matin sur RMC — VILA -VSD/SIPA

Jean-Jacques Bourdin a profité de la venue du patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux à son micro, sur RMC, dans Bourdin Direct, pour glisser un petit message à son patron, Patrick Drahi. Lors de l’interview, le journaliste a abordé la question de la fortune des grands patrons français. Après avoir parlé du champion en la matière, Bernard Arnault, Jean-Jacques Bourdin a cité l’exemple du président d’Altice, groupe qui détient notamment les chaînes RMC et BFM TV : « Patrick Drahi, qui est à plus 19 % par rapport à 2019, à 12,5 milliards et qui parallèlement supprime des postes, est-ce que moralement, c’est acceptable ? »

Derrière cette question, plutôt banale, se cache une référence au plan de suppressions d’emplois prévues chez Altice, et contre lequel les journalistes de BFMTV ont fait grève au mois de juin. Jean-Jacques Bourdin avait alors déjà exprimé sa solidarité avec les grévistes. Ce plan menace un tiers des journalistes du groupe de médias.

« Un groupe absolument magnifique »

Geoffroy Roux de Bézieux n’a évidemment pas répondu sur ce plan, préférant mettre en avant que Patrick Drahi « a créé un groupe absolument magnifique et des dizaines de milliers d’emplois. Si à un moment, parce que ça va mal dans telle ou telle activité, il doit réorganiser, je pense qu’il a le droit de le faire. L’important, c’est qu’au total, ça crée de la richesse pour tout le monde et qu’on la partage. Globalement, on a besoin d’entrepreneurs en France. »

Pour mémoire, Jean-Jacques Bourdin quitte la présentation de sa matinale à la rentrée, il sera remplacé par Apolline de Malherbe, mais conservera sa place pour l’interview politique quotidienne.