« Koh-Lanta » : En quittant le jeu sans être éliminé, Bertrand-Kamal s’inscrit dans la lignée des héros

ADIEUX L’aventurier, décédé d’un cancer en septembre dernier, a quitté le jeu après sa défaite à l’épreuve d’immunité

Clément Rodriguez

— 

Bertrand-Kamal, toujours tout sourire, même lors de son élimination
Bertrand-Kamal, toujours tout sourire, même lors de son élimination — Laurent Vu/ALP/TF1
  • Bertrand-Kamal, l’un des candidats de cette saison de Koh-Lanta, est décédé en septembre des suites d’un cancer du pancréas.
  • Ce vendredi 23 octobre, il a quitté la compétition, tournée en fin d’année dernière, après une épreuve éliminatoire.
  • De par sa personnalité et son parcours sans faute, le Dijonnais est rentré dans l’histoire du jeu d’aventure.

C’est indubitablement la gorge nouée que des millions de téléspectateurs ont assisté au départ de Bertrand-Kamal dans Koh-Lanta. Au bout de 25 jours d’aventure, le Dijonnais a quitté le jeu ce vendredi après sa dernière place lors de l’épreuve d’immunité. La solitude du candidat à cet instant contraste avec les larmes unanimes de ses compagnons d’infortune. « Limite, j’aurais préféré que ce soit moi », lance son ancien coéquipier Laurent. Mais comme à son habitude, le grand sourire de « Béka » ne quitte pas son visage au moment de faire ses adieux.

« Il dégageait quelque chose de spécial, de solaire »

Personnage emblématique de cette saison, Bertrand-Kamal a suscité la curiosité du public dès le premier épisode des « 4 Terres ». Sa bonne humeur face aux phénomènes météorologiques qui frappaient l’îlot de l’exil a apporté une autre saveur à l’émission, généralement plus centrée sur les stratégies que sur l’allégresse constante de ses candidats.

« À chaque coup dur dans l’aventure il gardait son sourire, sa bonne humeur, se remémore Julien Magne, producteur de Koh-Lanta et directeur des programmes d’ALP pour 20 Minutes. Il dégageait quelque chose de spécial, de solaire autour de lui. Et c’est cette personnalité qui a créé un attachement fort des autres aventuriers mais aussi des téléspectateurs. » Son altruisme et sa générosité sont autant de raisons pour lesquelles l’émotion s’est emparée du public le 10 septembre dernier, lorsque nous avons appris son décès. À l’âge de 31 ans, Bertrand-Kamal a été emporté par un cancer du pancréas contre lequel il se battait depuis cinq mois.

Un héros au même titre que Claude ou Teheiura

Outre sa personnalité attachante, Bertrand-Kamal s’est également détaché des autres candidats grâce à ses capacités physiques et son leadership naturel. Avant la formation des nouvelles équipes, il a mené les Verts sur un parcours presque sans faute. Durant les onze premiers jours, la tribu de l’Est n’a jamais connu le conseil. Lors du cinquième épisode, il prend la tête de la nouvelle tribu rouge et fait tout son possible pour garder le moral des troupes au beau fixe malgré une aventure qui s’intensifie.

« Il a été une épaule réconfortante, un soutien, un boute-en-train, un leader et un fédérateur pour les membres de son équipe », souligne Julien Magne. Autant de qualités énumérées qui inscrivent de fait Bertrand-Kamal parmi les héros de Koh-Lanta. Un terme utilisé depuis 2009 pour désigner les Robinson les plus emblématiques du jeu, à l’image de Claude et Teheiura.

« C’est surtout à la réaction de l’ensemble des aventuriers après l’élimination de Béka que l’on mesure sa place importante dans le jeu. Il n’a laissé personne indifférent. Au contraire, il a marqué de sa classe et de sa bonne humeur l’ensemble de ces compagnons. C’est en ça qu’il est à coup sûr l’un des héros de l’histoire de Koh-Lanta », relate le producteur.

Une flamme que personne n’éteindra

La séquence qui accompagne la sortie de Bertrand-Kamal se conclut par un plan au drone. « Koh-Lanta, c’est une belle leçon de vie », dit-il par-dessus les images. Comme promis, la production affirme n’avoir pas touché au montage du programme depuis l’annonce de la mort de Béka. Si sa photo ne s’embrase pas lorsqu’on le voit partir, ce n’est donc pas par décence. « Cette symbolique n’existe que pour les sorties au conseil », rappelle Julien Magne.

Et si ce départ consécutif à sa défaite sur l’épreuve d’immunité était finalement la meilleure façon de mettre un terme au parcours de Bertrand-Kamal ? En 25 jours de compétition, jamais son nom n’a été inscrit sur un bulletin de vote. En partant ainsi, le candidat est resté maître de son aventure jusqu’au bout.

Et vous, que vous inspirait Bertrand-Kamal ? Vous étiez-vous attaché à lui dès le début de la compétition ? Quel moment fort de son parcours retiendrez-vous ? Vous pouvez témoigner en remplissant le formulaire ci-dessous. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un article. Merci d’avance.