Outre-mer La 1ère : Le portail numérique ultramarin de France Télévisions est lancé

LANCEMENT Le lancement d’Outre-mer La 1ère avait été reporté à cause du coronavirus. Désormais, la plateforme numérique est accessible à tous

C.R. avec AFP

— 

Outre-mer la 1ère vise à remplacer l'éventuelle fermeture de France Ô
Outre-mer la 1ère vise à remplacer l'éventuelle fermeture de France Ô — France Télévisions

Outre-mer La 1ère, c’est parti ! Le portail numérique dédié aux Outre-mer est lancé à partir de ce mercredi 3 juin, a annoncé France Télévisions. Ce site Web permet notamment de compenser  l'éventuelle fermeture de la chaîne ultramarine France Ô, prévue pour cet été. Cette nouvelle plateforme numérique, qui devait être installée fin mars, avait vu sa mise en place reportée en raison de la crise du Covid-19. Principalement axée sur l’information, elle proposera des contenus jusqu’ici dispersés sur les différentes antennes du groupe, en s’appuyant notamment sur le réseau de chaînes et radios La 1ère (ex-RFO), la branche ultramarine de France Télévisions.

Elle sera bâtie autour d’un fil d’actualité, prenant la forme d’un direct permanent « contributif et interactif », car le public pourra envoyer des images, témoigner, réagir ou poser des questions… S’y ajouteront des dossiers et sujets multiformats, ou encore des documentaires, podcasts et émissions de radio, fictions et spectacles vidéo…

Outre-mer la 1ère sera « une véritable fenêtre sur tous les Outre-mer », a fait valoir la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, citée dans un dossier de presse. Le portail permettra aussi d’assurer une « continuité territoriale », et s’adresse notamment aux publics ultramarins ainsi qu’à « toutes les diasporas qui veulent garder un lien avec leur territoire d’origine », a expliqué de son côté la directrice du pôle Outre-mer du groupe, Sylvie Gengoul, dans un entretien au Journal de l'Île de la Réunion.

Le destin de France Ô et France 4 toujours incertain

Son lancement précède de quelques mois la fermeture potentielle de France Ô, prévue jusqu’ici le 9 août en même temps que celle de France 4, autre chaîne de la TNT, sur décision du gouvernement et dans le cadre d’un plan d’économies du groupe audiovisuel public. Mais, au vu du rôle joué par le service public durant la crise sanitaire, le ministère de la Culture n’exclut plus un maintien des deux chaînes et étudie la question avec France Télévisions depuis plusieurs semaines.

Ce portail fait partie des engagements forts pris par le groupe public en juillet 2019 dans un « pacte de visibilité », qui visait dans la perspective de l’arrêt de France Ô, à « garantir durablement la présence des outre-mer au centre de l’offre de l’audiovisuel public », via un renforcement des programmes ultramarins sur l’ensemble des chaînes nationales du groupe et des objectifs chiffrés.