Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : Comment la région « en arrière ligne » est devenue l'une des plus touchées

PANDEMIE Selon le dernier bilan de l’Agence régionale de santé, la Nouvelle-Aquitaine comptait 501 cas de Covid-19, ce 21 mars, contre 305 vingt-quatre heures plus tôt

Marion Pignot

— 

Des contrôles de police sur les quais de Bordeaux, le  mars .
Des contrôles de police sur les quais de Bordeaux, le mars . — SIPA
  • Alors que la Nouvelle-Aquitaine était en « arrière ligne » depuis le début de l’épidémie elle est entrée dans le triste palmarès des sept régions françaises les plus touchées par le coronavirus.
  • Selon le dernier bilan de l’Agence régionale de santé, la Nouvelle-Aquitaine comptait 501 cas de Covid-19, ce samedi, parmi lesquels 144 sont en cours de rattachement à leur département de domiciliation ou sont des personnes qui résident en dehors de la région.
  • Pourquoi la Nouvelle-Aquitaine, qui a pris les devants pour préparer la crise sanitaire, peut aujourd’hui se retrouver en « première ligne » ? 20 Minutes fait le point.

« Si la situation est relativement préservée en Nouvelle-Aquitaine la vague arrive, nous l’escomptons. » Ce mardi, lors d’un point presse, le professeur Denis Malvy, expert infectiologue au CHU de Bordeaux, avait prévenu : la région était « relativement épargnée » par l’épidémie de Covid-19 mais elle allait, comme d’autres, « suivre les courbes », être touchée par la pandémie. Bingo. Ce samedi, la Nouvelle-Aquitaine est devenue l’une des sept régions françaises les plus touchées par le nouveau coronavirus. Mais comment ce territoire aux 12 départements et aux presque six millions d’habitants a-t-il rattrapé ce retard ? Pouvait-il éviter de se retrouver dans ce triste palmarès ?

Réponse : non. La Nouvelle-Aquitaine était certes jusqu’ici « en arrière-ligne, grâce à une chasse farouche aux cas de Covid-19 », comme l’a assuré, jeudi, Daniel Habold, directeur du pôle santé publique de l’ARS, mais le territoire ne fait que suivre « la pente d’augmentation qui est dans la modélisation » de l’épidémie.

« Une épidémie n’évolue que s’il y a des personnes infectieuses et d’autres saines. En Nouvelle-Aquitaine, il y a encore peu de cas dans certains départements mais n’oublions pas qu’il existe des "super spreaders" (propagateurs) qui peuvent faire basculer les courbes, comme dans le Haut-Rhin », précise à 20 Minutes Jean-Stéphane Dhersin, directeur adjoint scientifique de l’Institut national des sciences mathématiques du CNRS.

Le taux de reproduction de base du Covid-19 serait en moyenne de 2,5. Si 1.000 personnes sont infectées, 2.500 le seront à la « génération » suivante, plus de 6.000 ensuite, etc. « Et si la Nouvelle-Aquitaine était jusqu’ici loin de la moyenne nationale du doublement de cas tous les deux jours, il faut aussi savoir souligner que cette évolution exponentielle peut être le résultat de mesures sanitaires non respectées », poursuit l’expert en modélisation d’épidémies.

« En respectant les consignes, l’épidémie peut finir en trois ou quatre semaines »

Pour faire passer ce taux de reproduction de base en dessous de 1 et atteindre une immunité globale de 60 % ralentissant l’épidémie, « tout relâchement est impossible, car le moindre écart fait repartir des foyers d’infection, précise Jean-Stéphane Dhersin. Sans cela, l’épidémie peut finir en trois ou quatre semaines ». Et de se rappeler les quais de Bordeaux « noirs de monde dimanche dernier », ou les joggeurs de sortie au deuxième jour du confinement.

Lassée des irréductibles pique-niquant sur les plages, des sportifs faisant fi du confinement, Fabienne Buccio, préfète de la Gironde et de la Nouvelle-Aquitaine a donc choisi, vendredi, d’interdire l’accès aux sentiers et aux forêts du littoral au moins jusqu’au 31 mars. Des maires l’avaient précédée, comme Nicolas Florian à Bordeaux, qui a fermé les accès aux quais de la Garonne. Zélés, quelques maires, tels que ceux de Libourne, Sainte-Foy-la-Grande ou Lesparre-Médoc ont « en toute autonomie », selon Fabienne Buccio, annulé les marchés.

La Gironde désormais plus touchée que le Lot-et-Garonne

Qu’importe. Classé « zone d’exposition à risques », le Lot-et-Garonne et ses 64 cas vient d’être tristement dépassé par la Gironde (73 cas). Un foyer infectieux s’est déclaré à La Puye, non loin de Poitiers, où l’ARS recense même 25 soignants et 11 résidents contaminés. Dans le couvent voisin, cinq religieuses de la congrégation des Filles de la Croix ont également été testées positives au coronavirus. Deux autres cas ont été détectés dans des Ehpad de la région, l’un dans la Vienne, l’autre à Angoulême (Charente).

Selon le dernier bilan de l’ARS, la Nouvelle-Aquitaine comptait 501 cas de Covid-19, ce samedi, « parmi lesquels 144 sont en cours de rattachement à leur département de domiciliation ou sont des personnes qui résident en dehors de la région ». La faute aux Franciliens venus fuir le coronavirus à Arcachon et sur les îles de Ré et d'Oléron ? « C’est une crainte légitime. Cette migration n’aura cependant pas d’incidence sur le nombre de cas, qui montera de toute évidence, répond Daniel Habold. Ces mobilités rendent les comptes très complexes mais les signalements de personnes venant de la zone parisienne et présentant des symptômes n’ont pas augmenté. »

Encore tôt pour accabler les nouveaux arrivants du Bassin d’Arcachon

Selon Jean-Stéphane Dhersin, « la contamination étant locale, le brassage de population n’est cependant jamais une bonne chose en période d’épidémie ». L’expert est prudent, assurant qu’il est encore tôt pour accabler les nouveaux arrivants du Bassin d’Arcachon. Infecté, il faut cinq jours pour découvrir ses premiers symptômes peu inquiétants, comme l’a rappelé l’ARS. La « dégradation » n’apparaît, elle, pas avant douze jours. Les cas recensés dernièrement en Nouvelle-Aquitaine ne pourraient donc être de nouvelles contaminations liées à cette « migration » de Paris vers le Sud-Ouest.

« Il y a un décalage entre le moment où sont prises les mesures et celui où l’on peut quantifier les bénéfices. Il faut attendre deux semaines et en attendant le nombre de cas peut être multiplié par huit et les services de santé engorgés », analyse Jean-Stéphane Dhersin. Les personnes infectées lundi, soit avant le grand confinement, « n’apparaîtront aux urgences que la semaine prochaine et les cas actuels proviennent donc de brassages antérieurs ».

En attendant que la vague ne déferle sur la Nouvelle-Aquitaine, l’ARS s'attèle à livrer des millions de masques aux soignants. Près d’un million a été livré aux 2.100 pharmacies de la région, détaille l’agence de santé dans un communiqué, 1,8 million d’autres déposés, ce samedi, aux établissements de santé sièges de Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) de la région. Quant à l’hôpital Pellegrin à Bordeaux, il vient d’ajouter un poste médical à ses urgences. Il servira à sélectionner et isoler les prochaines personnes infectées.