Coronavirus: Un député LREM rappelle aux banques « que ce sont les Français qui les ont sauvées en 2008 »

EMPLOI Un député de l’Aude, Alain Perea, s’est ému auprès des directeurs d’agence de sa circonscription qu’environ 15 % des dossiers des entreprises « ne se règlent pas »

Jérôme Diesnis

— 

Illustration de billets de banque.
Illustration de billets de banque. — GILE MICHEL/SIPA

Le député LREM de la deuxième circonscription de l’Aude, Alain Perea, a écrit à tous les directeurs des agences bancaires du département. Dans son courrier, il souligne que « les entreprises, dont le plan de continuation, de cession, ou de sauvegarde a fait l’objet d’une homologation par le tribunal et a été respecté depuis un délai raisonnable [12 mois], sont éligibles aux prêts de trésorerie garantie par l’Etat ».

Le parlementaire élu sur la circonscription de Narbonne a été vice-président de 2017 à 2019 de la commission de développement durable et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale. Il s’étonne dans son courrier que « que 15 % des dossiers ne se règlent pas​. »

Les difficultés du tourisme

De nombreuses entreprises du Narbonnais, souvent des PME ou PMI liées à l’activité du tourisme, connaissent d’importants problèmes de trésorerie. Leur secteur d’activité est touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus. « Les banques ne doivent pas oublier que ce sont les Français qui les ont sauvées en 2008, grâce à leurs impôts », rappelle-t-il.