Coronavirus : Disneyland Paris chercherait à se débarrasser du contrat de 350 intermittents

CHOMAGE Le royaume de Mickey n’est pas épargné par le coronavirus, et les premières victimes pourraient être les intermittents du spectacle qui travaillent dans le parc d’attractions

J.-L.D.

— 

Disneyland fait grise mine
Disneyland fait grise mine — SIPA

Habitué aux comédies musicales, Disneyland Paris déchante désormais. Même le royaume féerique n’est pas épargné par le coronavirus, et le lieu préféré des enfants a fermé ses portes. Des conséquences lourdes pour les spectacles géants prévus d’ici juin. Quatre super-productions étaient programmées avant l’été Mickey et le Magicien, La Reine des neiges, ainsi que Marvel : L’Alliance des superhéros et Stark expo, rapportent nos collègues du Monde.

Des shows qui ne se font pas en un coup de baguette magique et qui avaient nécessité le recrutement de 350 intermittents du spectacle, entre artistes et techniciens. Une ribambelle de recrutements qui ne fait désormais plus les affaires de Disneyland Paris, qui chercherait à se séparer de toute cette troupe.

Passage en force ?

Pour cela, la DRH n’aurait pas fait dans la dentelle, toujours selon Le Monde. Elle aurait envoyé aux intermittents une proposition de « rupture à l’amiable de leur contrat de travail » le 1er avril, justifié par des « circonstances exceptionnelles ». Et niveau exceptionnalité, les délais l’étaient aussi, puisque la DRH aurait demandé une réponse d’ici… le 2 avril 2020.

Les intermittents auraient alors fait appel au syndicat des artistes interprètes, la CGT recommandant de ne pas accepter cette rupture, alors que Disneyland évoquait il y a encore quelques jours un chômage technique. Mais la méfiance règne (des neiges), avec la crainte « d’être blacklisté par Disney » si jamais la proposition était refusée, assure l'un des intermittents dans les colonnes du Monde.

Ils craignent également que Disneyland n'opte pour le passage en force et rompe les contrats sans le consentement des employés. Certes, ces derniers recevraient la totalité de leurs salaires, mais ne verraient aucune heure être validée, ce qui pourrait causer la fin de leur statut d’intermittent du spectacle. Reste à voir quelle option choisira la célèbre souris.