Vacances : Quelle assurance pour une sortie en bateau ?

LOISIRS Que vous soyez propriétaire d’un bateau ou marin occasionnel, mieux vaut couvrir vos arrières

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Pour voguer vers l'horizon en toute sécurité, vérifiez votre couverture d'assurance !
Pour voguer vers l'horizon en toute sécurité, vérifiez votre couverture d'assurance ! — IStock / City Presse

Envie d’une balade en mer ou d’une virée sur les canaux cet été ? Avec ou sans permis, des offres de locations permettent de partir en vadrouille pour de petites ou de grandes excursions nautiques.

Mais attention, car la moindre éraflure peut vite coûter les yeux de la tête à bord d’un bateau.

Un gilet de sauvetage à prix d’or

S’il est obligatoire de souscrire une assurance pour conduire une voiture, ce n’est pas le cas pour une embarcation de plaisance. Mais en pratique, cette protection est indispensable. En tant que propriétaire d’un engin nautique, plusieurs options s’offrent à vous.

Premier impératif : couvrir votre responsabilité civile, afin de prendre en charge les éventuels dommages que vous pourriez causer à un tiers. Vous n’avez qu’un petit canot ou une barque ? Votre contrat multirisques habitation peut suffire. Cette protection est néanmoins limitée par la taille et la puissance du bateau. A noter que le fait d’être membre d’un club affilié à une fédération sportive vous couvre automatiquement.

Attention aux avaries

Ceci étant dit, vous n’avez besoin de personne pour subir des avaries et endommager vous-même votre bateau. Mieux vaut donc également souscrire une « garantie corps de navire », couvrant les frais de réparation ou de perte du bateau en cas d’accident en mer, de même qu’une garantie contre le vol, sans oublier celle dédiée au dépannage et à l’assistance. Dès lors, il est nécessaire de se tourner vers un contrat multirisques plaisance, qui comprend d’ailleurs aussi la responsabilité civile. Attention à bien vérifier la zone géographique couverte, à ne pas sous-estimer la valeur garantie (elle plafonne le remboursement de l’assureur) et à vous renseigner au préalable auprès de votre club pour choisir une compagnie performante.

Côté tarifs, comptez 200 euros par an pour assurer tous risques un petit voilier ou un bateau à moteur, et jusqu’à 1.500 ou 2.000 euros annuels pour un navire imposant.

Se protéger au bon moment

Pour vous naviguer de façon occasionnelle, le plus simple est encore de louer de temps en temps une embarcation à un professionnel ou de passer par une plateforme de location de bateau entre particuliers. Afin de rentabiliser leur bateau, de plus en plus de propriétaires acceptent en effet de le partager avec de parfaits inconnus, moyennant un dédommagement financier. Dans un cas comme dans l’autre, un coup d’œil sur les garanties d’assurance incluses s’impose.

En général, les loueurs professionnels couvrent les dommages accidentels subis par le bateau ou causés à des tiers, sous réserve d’une caution plus ou moins conséquente. Comme pour les voitures, des options de rachat de franchise peuvent être ajoutées. Attention en revanche à vos effets personnels, qui sont souvent exclus de la protection.

Toutes ces vérifications sont encore plus importantes dans l’hypothèse d’une location entre particuliers, dans la mesure où beaucoup d’assureurs refusent de couvrir ces utilisations tarifées. C’est pourquoi des sites de mise en relation comme Samboat, Nauticboat ou Clickandboat ont noué des partenariats avec des compagnies d’assurances, afin de protéger l’ensemble de leurs utilisateurs (propriétaires et locataires), en contrepartie d’une cotisation fixée en fonction du nombre de jours de location.