Vente aux enchères d'Air Jordan : Les raisons d'un record

SNEAKERS DE LUXE Une paire d'Air Jordan 1, portée par la légende des Chicago Bulls, s'est vendue aux enchères 615.000 dollars. Une vente qui confirme l'accès des sneakers au rang d'objet de collection de grand luxe 

Catherine Abou El Khair

— 

La paire de baskets Nike Air Jordan 1 portée par l'ex-basketteur star s'est vendue 615 000 dollars lors d'une vente aux enchères
La paire de baskets Nike Air Jordan 1 portée par l'ex-basketteur star s'est vendue 615 000 dollars lors d'une vente aux enchères — AFP
  • Une paire de baskets portée par la légende du basket-ball Michael Jordan s’est vendue à plus de 615.000 dollars. Un record absolu pour une paire de chaussures de sport, lié en grande partie à la personnalité hors-norme de celui qui les a portées.
  • Mais les maisons de ventes aux enchères n’en sont pas à leur coup d’essai : plusieurs chaussures portées par le basketteur se sont déjà vendues dans le passé.
  • Reproduisant à leur échelle le succès des sites de revente de sneakers, en plein développement, ces maisons de luxe sont en passe de faire des sneakers des objets de collection de luxe.

Moins classe que le sac Birkin de chez Hermès, mais bien plus chère. Jeudi, une paire de baskets ayant été portée par la star du basket-ball Michael Jordan a été acquise pour plus de 615.000 dollars, a annoncé la maison de vente aux enchères Christie’s. A côté, le sac le plus cher du monde, cédé, lui, à plus de 380.000 dollars lors d’enchères en 2017, fait pâle figure.

Cette paire de chaussures de sport rouge et blanche est désormais la plus chère au monde. Au total, neuf paires de chaussures ayant été portées par l’ex-star des Chicago Bulls, ou lui ayant appartenu, ont été vendues, pour un montant global de 931.875 dollars. Onze paires étaient proposées au total par Christie’s.

Des chiffres de vente de plus en plus élevés

Ce n’est pas la première fois que de tels coups ont été réussis avec des chaussures associées à Michael Jordan. Deux ventes ont ainsi eu lieu, déjà, en 2013 puis en 2017, pour un montant de 104.000 dollars cette année-là. En mai 2020, Sotheby’s a vendu en ligne une autre paire d'Air Jordan 1, utilisée lors d’un match, pour 560.000 dollars. « Ce qui est le plus étonnant c’est le prix. On atteint des records », commente Pierre Demoux, journaliste aux Echos et auteur de L’odyssée de la basket : Comment les sneakers ont marché sur le monde (La Tengo, 2019).

Et pour cause : dans le marché de la revente de baskets, « les paires de chaussures rares atteignent jusqu’à 10.000 ou 20.000 dollars », poursuit Pierre Demoux. Depuis plusieurs années, les sites spécialisés de revente de sneakers se sont développés. D’abord ignorés par les marques de chaussures, ils ont ensuite été alimentés par leurs éditions limitées, contribuant à la montée des prix.

Dans le cas de la vente des Air Jordan, l’une des principales plateformes de revente – Stadium Goods – s’est d’ailleurs alliée à Christie’s. Un échange de bons procédés qui permet aux maisons de vente aux enchères de toucher une clientèle plus jeune et d’augmenter les ventes en ligne, et aux plateformes de revente de chaussures de conforter leur place et leur business.

Un record lié au personnage

Mais le montant record de la vente d’Air Jordan a surtout été rendu possible par la personnalité hors-norme du basketteur, objet du documentaire à succès produit par Netflix, The Last Dance. « Je ne vois pas qui d’autre que Michael Jordan pourrait atteindre ces prix parmi les sportifs. C’est aussi un phénomène culturel qui dépasse les terrains de baskets. Michael Jordan était l’incarnation du mythe américain, du winner, du joueur qui dépasse son sport », estime Pierre Demoux.

L’attaquant des Chicago Bulls rejoint ainsi le club des stars dont les objets se vendent aux enchères à prix fort, comme la guitare fétiche d'Elvis Presley ou la Ford Mustang conduite par Steve McQueen. Davantage que la popularité des sneakers au sein du grand public — un marché à 9 milliards d'euros, rien qu'en France –, « ce qui fait la valeur de ces chaussures, c’est qu’elles ont été portées par Michael Jordan. Il s’agit de posséder un objet de quelqu’un qu’on admire, qui a créé une époque. Dans le cas des Air Jordan, il y a non seulement la rareté mais aussi l’authenticité, à travers ce détail particulier : ce bout de verre incrusté dans la chaussure », décrypte Dominique Sagot-Duvauroux, économiste et coauteur du Marché de l’art contemporain (La Découverte, 2016).

Un public d’ultra-riches

Le montant total auquel ont été cédées les paires de Air Jordan montre en tout cas tout l’intérêt porté à ce nouvel objet de collection, qui semble trouver son public d’ultra-riches. « On peut créer de la valeur avec n’importe quel objet à condition de créer une rareté qui s’appuie sur une notoriété. Si deux milliardaires se battent pour un objet, la paire peut atteindre plusieurs millions de dollars. Il n’y a pas de limite », explique Dominique Sagot-Dubauroux.

En 2019, une collection de 100 paires de baskets « les plus rares de l'histoire » a ainsi été vendue par Sotheby’s pour un total d’1,2 million de dollars. L’acheteur ? Miles Nadal, un investisseur canadien amateur d’automobiles qui n’y connaissait pas grand-chose à ce marché à en croire cet article du magazine américain New Yorker.