Une antenne relais (illustration).
Une antenne relais (illustration). — GILE MICHEL/SIPA

ENQUETE

Jura : Deux opposants à la 5G suspectés d’avoir incendié une antenne relais

Thibaut Chevillard

Les deux hommes, interpellés mardi matin par les gendarmes et les policiers, seront jugés en juillet prochain

Ces dernières semaines, plusieurs antennes relais ont été incendiées dans le Jura dont une à Foncine-le-Haut dans la nuit du 14 au 15 avril. Conséquence : la couverture téléphonique avait été coupée sur un vaste secteur. Le parquet de Lons-le-Saunier avait ouvert une enquête du chef de destruction par moyen dangereux. Mardi, les enquêteurs de la police judiciaire de Dijon et de la section de recherche de Besançon ont interpellé deux personnes qu’ils ont placé en garde à vue, apprend 20 Minutes de sources concordantes. Elles ont été présentées au parquet ce mercredi et placées en détention provisoire.

Pour incendier cette antenne relais, les auteurs avaient utilisé des cocktails Molotov confectionnés avec des bouteilles en plastique remplies d’hydrocarbure, indique Lionel Pascal, le procureur de la République dans un communiqué. Deux profils génétiques ont été découverts sur les lieux par les enquêteurs de la cellule d’investigations criminelles. L’un correspondant à celui d’un homme né en 1981, sans emploi, déjà condamné par la justice pour des délits mineurs, qui a reconnu être l’auteur de l’incendie. Après avoir consulté des sites Internet, il était « convaincu du caractère nuisible de la 5G pour l’environnement du fait de la puissance de leur rayonnement ».

« Complotiste »

Le suspect a reconnu également avoir mis le feu à plusieurs engins de chantier utilisés pour la restauration d’une tourbière, à Foncine-le-Haut, le 12 avril. « Il expliquait avoir agi de la sorte car il estimait que ces travaux étaient néfastes à l’environnement et dissimulaient en réalité l’installation d’un réseau 5G », poursuit le procureur de la République.

Le deuxième ADN retrouvé sur les lieux appartient à un individu plus âgé, né en 1962, condamné à dix reprises essentiellement pour des infractions routières, mais également pour des dégradations par moyen dangereux en 2002. Ce dernier, qui se qualifie lui-même de « complotiste », a nié être impliqué dans cette affaire, même s’il a indiqué aux enquêteurs être opposé à la 5G qu’il accuse de causer des dégâts à l’environnement. Les deux hommes seront jugés le 9 juillet prochain, après avoir été soumis à un examen psychiatrique. Ils encourent dix ans de prison.