Attaque au couteau à Nice : Trois victimes tuées dans l'attaque d'une église, un suspect interpellé

FAIT DIVERS Le parquet national antiterroriste annonce avoir ouvert une enquête de flagrance pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle »

T.C. et M.B.

— 

Intervention de police après un attaque au couteau à la basilique Notre-Dame de Nice, qui a fait au moins deux morts.
Intervention de police après un attaque au couteau à la basilique Notre-Dame de Nice, qui a fait au moins deux morts. — Valery HACHE / AFP

Retrouvez les dernières informations sur cette attaque dans le direct de 20 Minutes

L’assaillant est entré dans l’église Notre-Dame, avenue Jean-Médecin à Nice, vers 9h ce jeudi matin. Armé d’un couteau, il a tué trois personnes et en aurait blessé d’autres, apprend 20 Minutes de source policière. Il a été interpellé ensuite par des policiers municipaux, a indiqué le maire de la ville, Christian Estrosi, sur Twitter.

Un large périmètre de sécurité a été établi autour de l’église. Un équipage du déminage a été envoyé sur les lieux et des vérifications sont en cours. Le préfet des Alpes-Maritimes s’est également rendu sur les lieux.

« J’ai entendu deux gros boums, une salve de coups de feu, et encore deux fois deux booms. Les policiers qui ont bouclé le secteur disaient aux gens sur les balcons de rentrer à l’intérieur », témoigne auprès de 20 Minutes une habitante de la rue de Russie, à quelques mètres de la cathédrale

A Paris, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé la réunion d’une cellule de crise place Beauvau. Le Premier ministre, Jean Castex, qui présentait les mesures de confinement annoncées  mercredi soir par Emmanuel Macron  devant les députés, a quitté l’Assemblée nationale pour se rendre au ministère de l’Intérieur

Pour Christian Estrosi, « tout laisse supposer à un attentat terroriste ». Le parquet national antiterroriste annonce d’ailleurs à 20 Minutes avoir ouvert une enquête de flagrance pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle, confiée à la Sdat et à la DGSI.

Cet événement survient d’ailleurs quelques jours après que le ministère de l’Intérieur a demandé à ses troupes, dans un télégramme diffusé le 25 octobre et consulté par 20 Minutes, une « vigilance accrue à la suite des menaces proférées dans un communiqué de l’agence Thabat », proche de l’organisation terroriste Al-Qaida. Il appelle de façon explicite à commettre des actions visant notre pays dans le cadre du djihad individuel, précise Gérald Darmanin, soulignant que « plusieurs modes opératoires sont suggérés comme les attaques à l’aide d’une arme blanche ou l’utilisation d’une voiture bélier contre la foule ».