EELV demande de repousser l'entrée en service de la 5G et réclame des garanties

NOUVELLE TECHNOLOGIE Selon EELV, la consommation d’électricité pourrait augmenter de 2 % en France avec cette technologie

20 Minutes avec AFP

— 

Une antenne 5G en Chine (image d'illustration).
Une antenne 5G en Chine (image d'illustration). — Yu Fangping / Costfoto/Sipa USA/

Haro sur la 5G ! Europe Ecologie-Les Verts (EELV) demande un « moratoire sur la 5G », technologie qui va générer une augmentation des dépenses en énergie du pays et favoriser « la collecte de données personnelles », selon François Thiollet, membre du bureau exécutif du parti.

« La 5G va accélérer la capacité de diffuser de l’information mais son empreinte énergétique est un problème majeur », a indiqué ce vendredi à l’AFP François Thiollet, délégué au projet d’EELV. Dans une motion adoptée à la quasi-unanimité de la centaine de conseillers fédéraux du parti le week-end dernier, EELV avertit que « la 5G sera l’occasion d’une grosse inflation de la consommation électrique et de la collecte des données personnelles des usagers, via les nombreux gadgets " connectés " qui seront proposés à l’achat ».

Une garantie d'« indépendance »

« Une fois la 5G déployée en France, ce n’est pas moins de 2 % d’augmentation de la consommation électrique à l’échelle nationale qui est évoquée ». « A l’heure de l’urgence écologique et sociale, promouvoir une technologie qui augmente la consommation d’énergie et épuise un peu plus les ressources, exige au minimum de prendre le temps du débat démocratique et donc d’une information claire, complète et non biaisée », ajoutent les Verts.

Ils demandent en conséquence « un moratoire sur le déploiement de la 5G le temps des conclusions définitives » des experts (Anses, Ademe) et, le temps du moratoire, « une transparence totale sur les projets d’implantations d’antennes de téléphonie mobile ». A l’issue du moratoire, ils veulent « la garantie de la souveraineté politique et de l’indépendance technologique, nationale et européenne, face aux entreprises transnationales actuellement leaders du marché de la 5G ». Autre demande : la création de « zones blanches », sans ondes émises « par quelque appareil que ce soit ».

Delphine Batho, députée EDS (Ecologie, Démocratie, Solidarité), avait également réclamé un moratoire sur la 5G, le 7 juillet, en s’interrogeant sur l’utilité et l’impact environnemental de cette technologie. Les enchères pour l’attribution des premières fréquences de la 5G doivent se tenir en septembre, ouvrant la voie à des premières offres commerciales dans certaines villes d’ici à la fin de l’année.