Coronavirus : « Le vaccin va tous nous tuer »… Les « antivax » s’organisent sur Internet sur fond de théories du complot

COMPLOTISME Sites internet, vidéos virales, mais aussi groupes Facebook et pétition, l’offensive des antivax s’organise et prend de l’ampleur depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux

Hakima Bounemoura

— 

Les tests pour mettre au point un vaccin contre le coronavirus se poursuivent.
Les tests pour mettre au point un vaccin contre le coronavirus se poursuivent. — Ted S. Warren/AP/SIPA
  • Alors que les scientifiques progressent dans l’élaboration d’un vaccin, les opposants à la vaccination affirment déjà qu’il sera inefficace et dangereux.
  • Depuis quelques semaines, l’offensive des « antivax » s’organise et prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux, à travers des groupes Facebook et des vidéos virales.
  • « Ces groupes jouent sur les incohérences de certains médecins ou scientifiques pour attiser la peur chez les gens », expliquent les Vaxxeuses, qui luttent contre la désinformation autour du vaccin.

Alors que le développement d’un vaccin est considéré comme un enjeu majeur dans la lutte contre la pandémie de coronavirus, de nombreux Français expriment aujourd’hui leur réticence à l’idée de se faire vacciner contre le virus. Près de 32 % d’entre eux affirment même qu’ils ne se feront pas vacciner contre le Covid-19, selon un sondage réalisé le 24 juillet par l’institut YouGov*. Parmi eux, un noyau dur s’oppose catégoriquement à la mise sur le marché d’un vaccin, allant jusqu’à diffuser  des théories complotistes sur Internet.

Depuis le déconfinement, plusieurs sites peu fiables ont ainsi mis en garde contre un vaccin qui pourrait, d’après eux, tuer plus de personnes que le Covid-19. « Un site a ainsi déformé une citation de Bill Gates pour faire avancer cette théorie, tandis qu’un autre a repris la vidéo Plandemic, truffée de théories du complot », explique à 20 Minutes Chine Labbé, en charge du pôle Europe à NewsGuard, une organisation spécialisée dans le pre-bunking. Sites internet, vidéos virales, mais aussi groupes Facebook et pétition, l’offensive des antivax [opposants aux vaccins] s’organise et prend de l’ampleur depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux.

« Plutôt mourir que m’injecter cette saloperie ! »

Sur Facebook, plusieurs groupes affichent une position ferme contre une éventuelle distribution généralisée d’un vaccin. Sur l’un d’entre eux, « Non Au Vaccin Covid 19 », qui compte un peu plus de 1.100 membres, les internautes critiquent ouvertement les recherches en cours, appuyant leurs attaques sur des articles de médias alternatifs et des vidéos, tout en pointant les mensonges supposés des autorités sur la pandémie. « Plutôt mourir que m’injecter cette saloperie ! Ma santé n’a pas de prix », explique ainsi dans un post une internaute. « Le vaccin va tous nous tuer » ou encore « Tout ça n’est qu’une machination du gouvernement » peut-on également lire sur cette page Facebook.

Beaucoup d’autres groupes, qui affichent plus globalement leur opposition à la vaccination, relayent les mêmes informations complotistes, et des vidéos YouTube vues des centaines de milliers de fois. Comme celle diffusée le 5 mai dernier dans laquelle le YouTubeur Thierry Casasnovas et le controversé médecin suisse Christian Tal Schaller expliquent que la vaccination contre le coronavirus est « une colossale erreur ». Certains vont au-delà de la simple méfiance, en signant par exemple une pétition. L’appel à signatures intitulé « Pas de vaccination obligatoire contre le Covid-19 ! », qui alerte contre « les risques généraux des vaccins et plus spécifiques des vaccins anticoronavirus », a ainsi déjà recueilli plus de 7.000 signatures.

Nouveau cheval de bataille des pro-Raoult

Les antivax traditionnels peuvent également compter sur de nouveaux relais. Après avoir férocement soutenu l’efficacité de l’hydroxychloroquine, les soutiens du professeur Raoult sur Facebook ont trouvé dans la lutte contre le vaccin un nouveau combat. Une grande partie d’entre eux – ils seraient plus d’1,1 million inscrits sur près de 90 pages Facebook publiques et privées – fustigent aujourd’hui l’idée d’un sérum contre le Covid-19. Comme l’a démontré la fondation Jean Jaurès dans une étude publiée le 15 juillet, 89 % des membres de ces groupes Facebook souscrivent à l’idée que « le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins ».

« Un vaccin serait totalement inutile, mais ne manquera pas d’être imposé à la population pour servir les intérêts d’une poignée de puissants », explique ainsi à 20 Minutes Pierre, contributeur régulier de la page Facebook « Tous avec le professeur Didier Raoult » (32.000 membres). Même son de cloche chez Nicolas, un trentenaire inscrit sur le groupe « Didier Raoult vs coronavirus » (460.000 membres), pour qui un vaccin aurait uniquement pour but « de permettre aux entreprises de licencier davantage et de flexibiliser à l’extrême les conditions de travail ».

Des théories complotistes qui, selon NewsGuard, semblent gagner de plus en plus la population. « Alors que la pandémie se transforme et modifie nos vies, les fausses informations elles aussi se transforment et s’adaptent à la nouvelle réalité. Les résultats des sondages montrent que les gens continuent à prendre au sérieux des allégations clairement fausses malgré le manque criant de preuves », déplore l’organisation.

Les antivax jouent sur « les incohérences » du gouvernement et de certains scientifiques

Plusieurs facteurs expliquent aujourd’hui cette méfiance, et la prolifération des théories complotistes. « Ces pages Facebook surfent sur la peur de l’inconnu. Le Covid-19 est une nouvelle maladie. Les découvertes au sujet du virus s’enchaînent, et cela perturbe les gens. Les décisions du gouvernement ont varié, ce qui donne l’impression, quand une déclaration n’est pas remise dans le contexte des connaissances et de la situation matérielle au moment où elles sont prises, d’une incohérence grave. Alors qu’il était inévitable que ces décisions évoluent en fonction de l’apparition de nouvelles données. L’exemple type, ce sont les consignes au sujet des masques », expliquent à 20 Minutes les Vaxxeuses, un groupe Facebook composé de parents et scientifiques bénévoles, qui lutte contre la désinformation véhiculée par les antivax.

Les études au sujet du traitement de la maladie, parfois contradictoires, ont également suscité beaucoup d’incompréhension. « Les maladresses, voire carrément le manque de rigueur inacceptable, de certains médecins ou scientifiques, a donné l’impression qu’un traitement était disponible, alors que ce n’est pas le cas. Les antivax en ont profité et ont joué sur ces incohérences, en attisant les peurs au sujet de la maladie, et ont aligné les mensonges comme ils savent si bien le faire, pour parler aux peurs des gens, ainsi qu’à leur rejet de la classe politique. Rien de nouveau, c’est leur tactique à chaque nouvelle opportunité », précisent les Vaxxeuses. Pour limiter ces réactions d’incompréhension, « il aurait fallu qu’il y ait beaucoup plus de pédagogie et de communication adaptée de la part des médias mainstream », ajoute le collectif, qui déplore qu'une grande partie de la presse se soit contentée « d’afficher et de commenter les chiffres des victimes et les déclarations à l’emporte-pièce de personnalités médiatiques ».

* L’enquête a été réalisée pour le HuffPost sur 1.023 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, les 23 et 24 juillet 2020.