Qui est Brunograffer, ce Strasbourgeois qui cartonne sur TikTok ?

RESEAUX SOCIAUX Bruno Bosse, Brunograffer sur les réseaux, compte près de 800.000 abonnés sur TikTok

Thibaut Gagnepain

— 

Bruno Bosse caché dans du gruyère rose ?
Bruno Bosse caché dans du gruyère rose ? — Séverine Million
  • Qui se cache derrière le pseudo Brunograffer aux presque 800.000 abonnés sur TikTok et plus de 50.000 sur Instagram ? Un Strasbourgeois d’origine haut-savoyarde qui sait aussi bien dessiner, filmer que photographier.
  • Comment fait-il pour se renouveler ? Trouver des idées ? Gagner de l’argent ? L’intéressé s’explique, non sans humour.
  • « J’aime bien choquer et voir les réactions des gens », lance celui qui vise maintenant le million d’abonnés sur TikTok.

Des cheveux teintés en bleu, un look tout aussi coloré et… des vidéos souvent loufoques. Bienvenue dans le monde de Bruno Bosse, aka Brunograffer sur Instagram, YouTube et TikTok. Sur ces trois plates-formes, le Strasbourgeois est suivi par plus de 850.000 abonnés, avec une mention spéciale pour le réseau social chinois où il cumule… 791.000 fans fin septembre !

Comment ? Pourquoi ? Les questions sont presque trop sérieuses pour l’artiste de 24 ans, originaire de Haute-Savoie et arrivé en Alsace en 2017 pour suivre des études en design graphique. « Je suis reparti l’été dernier chez mes parents car je ne trouvais nulle part du boulot. Mais je suis revenu et j’ai inventé mon propre travail », s’amuse-t-il en s’attaquant à la commande d’un client : un baril. « Je crois que c’est pour un bar, il m’a dit "tu fais ce que tu veux avec" ! »

Sur une licorne gonflable devant la cathédrale

Ça tombe bien, l’artiste a presque érigé ce principe en fil conducteur. « Je fais ce qui me plaît. Parfois ça marche, parfois pas », résume-t-il au moment d’évoquer ses publications régulières. « Sur TikTok, j’essaie de poster un truc par jour minimum. Certains sont tournés d’avance. » Comme dans ce clip où il apparaît en train de glisser sur de l’eau savonneuse en pleine place Kléber. « On l’a enregistré pour une musique qui ressemble à une grosse blague. Avec un pote, on ne sait ni chanter ni danser… » Mais ça ne l’empêche pas de se lancer, peu importe le résultat et les commentaires.

Sur l’espace public, Bruno Bosse avait déjà fait parler de lui en tentant de chevaucher… une licorne gonflable sur le parvis de la cathédrale ! « On dit souvent que le ridicule ne tue pas mais ça va plus loin : il te rend plus fort », estime-t-il, avouant quand même que ces sorties ne constituent pas son cœur d’activité. Son pseudo l’indique, l’artiste est avant-tout graphiste « avec une formation de photographe, vidéaste et designer ». Sa notoriété naissante, il la doit d’abord à ses dessins.

Ses thématiques favorites ? « J’aime bien la bouffe personnifiée. J’ai déjà fait des burgers ou des pizzas en sous-vêtements ! » Bob l’Eponge ou Pikachu ont aussi droit à son coup de crayon sur tablette, mais rarement dans leur version classique. Le premier avec juste sa tête et un squelette gore ; le second en net surpoids. « J’aime bien choquer et voir les réactions des gens », se justifie celui qui organise aussi des concours de dessins en ligne et… des bonnes actions.

« J’avais lancé une cagnotte pour pouvoir distribuer de la nourriture aux SDF. Bon, je n’avais récolté que 30 euros, la vidéo avait fait un gros bad buzz mais je ne m’interdis pas de retenter l’expérience. Si mon influence peut servir, c’est bien. » En attendant, il peine encore à en vivre.

Depuis mai, Bruno Bosse avoue avoir reçu « 200 euros de YouTube ». Concernant TikTok, son premier salaire devrait bientôt arriver. « Ils commencent à rémunérer depuis le 1er septembre mais c’est ce sera cent fois moins que sur YouTube. D’ailleurs, depuis qu’ils ont annoncé qu’ils nous payeraient, l’algorithme a changé, on a moins de vues… »

Mais certaines lui apportent des clients et l’artiste a « de plus en plus de commandes ». Il vient aussi de se lancer dans la création d’une ligne de vêtements. « Les idées s’accumulent, ça explose dans ma tête », rigole le jeune homme qui vise maintenant « le million d’abonnés sur TikTok. Pas pour mon orgueil, c’est un plaisir personnel. » Qu’il pourrait encore fêter avec extravagance. Pour le cap des 500.000, il s’était justement teint les cheveux en bleu.