Coronavirus à Montpellier : Un interne en médecine condamné pour vol et revente de masques

CORONAVIRUS L’interne avait volé une boîte de 50 masques chirurgicaux à l’hôpital de Roanne pour en revendre une partie et en tirer un bénéfice modique

Jérôme Diesnis

— 

Une boite de masques de protection chirurgicaux. (illustration)
Une boite de masques de protection chirurgicaux. (illustration) — PHILIPPE LOPEZ / AFP

Un interne âgé de 28 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Montpellier à quatre mois de prison ferme, sans mandat de dépôt, pour le vol et la revente de masques chirurgicaux.

Il a été confondu au cours de l’enquête menée par les policiers sur le vol de 12.600 masques de protection (dont 1.200 masques FFP2) au préjudice du CHU de Montpellier, commis entre la fin février et le début mars. Il a en revanche été blanchi dans cette autre affaire toujours en instruction.

Bénéfice total : 65 euros

L’interne a expliqué avoir volé ces masques après avoir posé avec l’un d’entre eux, accompagné d’un ami, sur les réseaux sociaux, « pour le délire », a-t-il expliqué. Sollicités par plusieurs acheteurs potentiels, il a alors dérobé une boîte de 50 masques au CHU de Roanne où il était affecté. Il a accepté d’en revendre une partie et a donné les autres à sa mère, hôtesse de caisse dans une grande surface. Il en a retiré un bénéfice total… de 65 euros.

L’interne a reconnu « un comportement immature » devant les juges. Le procureur de la République de Montpelier avait réclamé une peine de quatre mois de prison ferme avec mandat de dépôt, évoquant une attitude « scandaleuse à cette période de pandémie du coronavirus ». Les juges ne l’ont que partiellement suivi.