Guadeloupe : La justice condamne une régie d’eau à fournir des bouteilles à ses usagers

PLAINTE La structure devra également verser « la somme globale de 1.500 € » aux requérants

20 Minutes avec agences

— 

L'eau du robinet (illustration).
L'eau du robinet (illustration). — Alexandre GELEBART/20MINUTES

Le tribunal administratif de Basse-Terre a condamné le Syndicat intercommunal d’alimentation en eau et assainissement de la Guadeloupe (Siaeag) à fournir « quotidiennement, jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire, un pack de bouteilles d’eau potable […] à chaque requérant », selon une ordonnance du juge des référés. Le 16 juin, 207 personnes de l’association « Balance ton Siaeag » avaient porté plainte pour obliger le Siaeag, une régie à la fois productrice, fournisseuse et distributrice d’eau, à fournir le précieux liquide.

Une « action collective », par laquelle les requérants espéraient « accélérer le rétablissement du service d’eau potable et le versement d’une indemnité forfaitaire », avaient-ils indiqué dans un communiqué. Par ailleurs, le Siaeag doit verser « à l’ensemble des requérants la somme globale de 1.500 € », indique aussi le tribunal.

La sécheresse aggrave la situation

Les habitants qui dépendent de l’alimentation en eau du Siaeag et de ses zones de production voient régulièrement leur robinet tarir. Le réseau éprouve des difficultés importantes, aggravées par la sécheresse mais aussi par la situation financière de l’organisme.

C’est la seconde condamnation pour le syndicat intercommunal des eaux, déjà condamné mi-mai à une peine similaire mais pour sept requérants. Quant à l’avenir, celui de la régie est lié à la création d’une structure unique de gestion de l’eau, promise par les élus depuis deux ans, mais qui n’aboutit pas.