Béziers : Prison avec sursis pour l’ex-élu municipal qui a tenu des propos racistes sur la députée Laetitia Avia

JUSTICE Michel Bousquet a écopé de quatre mois de prison avec sursis pour ses propos injurieux envers la députée Laetitia Avia (LREM), postés sur Facebook

20 Minutes avec AFP

— 

La députée LREM Laetitia Avia à l'Assemblée Nationale.
La députée LREM Laetitia Avia à l'Assemblée Nationale. — Raphael Lafargue-POOL/SIPA

Quand on a 400 « amis » sur Facebook, les posts deviennent publics et en conséquence les injures qu’ils contiennent aussi. C’est ce qu’a estimé ce jeudi le tribunal correctionnel de Béziers en condamnant Michel Bousquet, un ex-élu de l’équipe municipale de Robert Ménard, pour « injures publiques envers une personne à raison de son origine ou de son appartenance à une ethnie ou une race ». Le prévenu a écopé de quatre mois de prison avec sursis.

L’affaire remonte au mois de mai 2020 quand Michel Bousquet s’est livré à un commentaire, vulgaire et haineux, sur la députée parisienne Laetitia Avia (LREM), notamment sur sa couleur de peau. Lors de l’audience du 16 juillet, Michel Bousquet s’était défendu à la barre d’être raciste. « J’ai été maladroit, c’est certain, avait-il reconnu. Ce sont des propos indignes et je les regrette. Mais quand je l’ai écrit, je vivais une phase difficile de ma vie. Je sortais d’une anesthésie. Je n’ai fait que répondre à une amie. Mon intention n’était pas de m’attaquer à sa couleur, mais à son texte de loi ».

Stage de citoyenneté et dommages et intérêts

L’ex-élu, qui a dû démissionner de son poste et renoncer à briguer un nouveau mandat de conseiller municipal à la suite de ce post, n’était pas ce jeudi au tribunal pour entendre le délibéré. En plus de la peine avec sursis, il devra payer 4.000 euros de dommages et intérêts à Laetitia Avia, 2.000 euros aux associations parties civiles (SOS racisme et la Licra), suivre un stage de citoyenneté et faire publier à ses frais le jugement dans deux journaux quotidiens.