Irak: Un nouveau raid aérien américain vise un commandant du Hachd

TENSIONS Cette opération intervient alors que le chef de la diplomatie américaine a affirmé vendredi que les Etats-Unis souhaitaient la «désescalade» après la mort du général Qassem Soleimani

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants pro-Iran devant l'ambassade américaine en Irak.
Des manifestants pro-Iran devant l'ambassade américaine en Irak. — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

L’escalade se poursuit au Moyen-Orient. Un nouveau raid aérien des Etats-Unis a visé tôt samedi un commandant du Hachd al-Chaabi au nord de Bagdad, selon la télévision d’Etat, au lendemain du bombardement qui a coûté la vie au patron de cette coalition de paramilitaires pro-Iran et au puissant général iranien Qassem Soleimani. La chaîne ne précise pas l’identité du commandant visé. Cette attaque a fait « des morts et des blessés », a précisé une source au sein de la police irakienne, sans toutefois être en mesure de donner un bilan précis.

Ce raid intervient alors même que le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a assuré vendredi que les Etats-Unis souhaitaient la « désescalade » après la mort de Qassem Soleimani que Téhéran a promis de venger. Le secrétaire d’Etat américain a ainsi passé la journée à appeler les dirigeants du monde afin de partager cet « engagement ». Il s’est notamment entretenu avec ses homologues français, chinois, russe, britannique et allemand, ainsi qu’avec le président afghan Ashraf Ghani et irakien Barham Saleh, comme il le relate lui-même sur Twitter.

« La ligue des vertueux » déclarée organisation terroriste

Le département d’Etat américain a par ailleurs annoncé désigner l’Assaïb Ahl al-Haq, ou « La ligue des vertueux », comme organisation terroriste. Il s’agit d’une des plus importantes factions du Hachd al-Chaabi, qui regroupe les paramilitaires pro-Iran sous la tutelle de l’Etat irakien. Ses actifs, ainsi que ceux de deux de ses dirigeants, ont en conséquence été « bloqués ». Ce groupe est « largement financé et entraîné » par la Force Qods des Gardiens de la révolution, eux-mêmes désignés par Washington comme une organisation terroriste depuis avril 2019, a déclaré le département d’Etat.

Face à une communauté internationale inquiète pour la stabilité de la région, Donald Trump continue de poster sur Twitter des messages chargés d’ambiguïté. Depuis son luxueux club de Mar-al-Lago, en Floride, où il est en vacances, il a notamment affirmé vendredi matin : « L’Iran n’a jamais gagné une guerre, mais n’a jamais perdu une négociation ».