La foule entourant à Bagdad (Irak) la dépouille du général iranien Qassem Soleimani, tué le 3 janvier.
La foule entourant à Bagdad (Irak) la dépouille du général iranien Qassem Soleimani, tué le 3 janvier. — SABAH ARAR / AFP

ESCALADE

Tensions Iran – USA : Aux funérailles de Soleimani, des milliers d’Irakiens crient « Mort à l’Amérique »

Le général iranien a été tué dans un raid américain mené vendredi

Un cortège sous haute tension. Des milliers d’Irakiens, habillés de noir, ont entouré ce samedi à Bagdad le cercueil du général iranien Qassem Soleimani, tué la veille dans un raid américain, en scandant « Mort à l’Amérique ». Les participants à ce cortège, dans le quartier de Kazimiya, ont également crié « Vengeance pour Abou Mehdi al-Mouhandis », le chef opérationnel du Hachd al-Chaabi, coalitition de paramilitaires intégrés aux forces de sécurité irakiennes, qui a lui aussi été tué vendredi. Lors de cet « tir de précision d’un drone » mené par les Etats-Unis dans la nuit de jeudi à vendredi, dix personnes – cinq Irakiens et cinq Iraniens – ont été tuées.

Les cercueils de ces cinq Irakiens ont été transportés sur des pick-ups surmontés des drapeaux nationaux, tandis que les corps des cinq Iraniens étaient, eux, surmontés du drapeau iranien.

Un nouveau raid samedi à l’aube

Dans la foule, certains brandissaient des portraits du guide suprême iranien Ali Khamenei, ou encore du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, qui a appelé au « juste châtiment » des « assassins criminels » responsables de la mort de Soleimani. Téhéran, pour sa part, a promis « une dure vengeance au bon endroit et au bon moment » pour venger la mort de son général. Trois jours de deuil ont été décrétés en Iran en mémoire de Soleimani, 62 ans. Et dès vendredi, des dizaines de milliers de personnes avaient défilé à Téhéran au cri, là encore, de « Mort à l’Amérique ».

Après le défilé de Kazimiya, des funérailles nationales officielles étaient prévues dans la Zone verte de Bagdad, en présence de nombreux dirigeants irakiens. Etait notamment présents le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi, Hadi al-Ameri, patron des pro-Iran au Parlement irakien, et Faleh al-Fayyadh, chef officiel du Hachd al-Chaabi.

Toujours ce samedi, un nouveau raid a visé avant l’aube, au nord de Bagdad, un convoi du Hachd al-Chaabi, selon une source policière. Il y a eu « des morts et des blessés », a assuré le Hachd, en accusant les Etats-Unis.