Opposition entre la police et des manifestants à Conakry le 13 février 2020.
Opposition entre la police et des manifestants à Conakry le 13 février 2020. — AFP

REPRESSION

Guinée: Un adolescent tué lors de heurts avec la police

Alors qu’une révision de la Constitution est en cours, l’opposition craint un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé

Les manifestations en Guinée contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé continuent d’être sanglantes. Un collégien de 15 ans a été tué par balle jeudi à Conakry lors de heurts avec les forces de l’ordre, où l’opposition manifeste depuis quatre mois. La mort d’Idrissa Barry porte à 29 au moins le nombre de manifestants tués depuis le début de cette vague de protestation, qui a également coûté la vie à un gendarme.

Un référendum le 1er mars

Le Front national pour la Défense de la Constitution (FNDC), collectif de partis d’opposition, de syndicats et de membres de la société civile, a dénoncé la « répression sauvage des forces de défense et de sécurité qui ont tué par balle » le jeune homme et « fait plusieurs blessés, dont un par balle ». « Mon frère est décédé des suites d’une blessure par balle dans la poitrine, tiré par un agent des forces de l’ordre qui l’a directement visé », a pour sa part déclaré un de ses proches, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat. Un responsable de la police a pour le moment indiqué ne pas être en mesure de confirmer l’information.

Le FNDC avait lancé un appel à manifester mercredi et jeudi, après quelques semaines de trêve. Il faut dire que le pays s’approche d’une date importante. C’est en effet le 1er mars que se tiendra un référendum sur le projet de nouvelle Constitution, en même temps que des élections législatives.

Si le nouveau texte maintient la limite de deux mandats présidentiels, l’opposition soupçonne que son adoption servirait au président Alpha Condé, 81 ans, de prétexte pour remettre son compteur à zéro. Il faut dire que l’actuel chef de l’Etat a laissé lundi la porte ouverte à une nouvelle candidature, affirmant que c’est son parti « qui décidera ».