Coronavirus : 99 nouveaux cas sur le paquebot en quarantaine au Japon, 454 passagers contaminés au total

JAPON Des tests ont révélé 99 nouveaux cas de coronavirus à bord du Diamond Princess, en quarantaine au Japon depuis le 5 février

20 Minutes avec AFP

— 

Au total ce 17 février, 454 passagers du paquebot placé en quarantaine au Japon ont été testés positifs au Coronavirus.
Au total ce 17 février, 454 passagers du paquebot placé en quarantaine au Japon ont été testés positifs au Coronavirus. — AFP

Des tests ont révélé 99 nouveaux cas de coronavirus à bord d’un navire de croisière en quarantaine depuis début février au large du Japon, ont rapporté les médias japonais en citant les derniers chiffres du ministère de la Santé. Ce chiffre porterait à 454 le nombre de cas positifs constatés sur le « Diamond Princess ». Le ministère de la Santé n’a pas souhaité confirmer ces données dans l’immédiat. Le navire a été placé en quarantaine avec 3.711 personnes à bord début février au port de Yokohama, près de Tokyo.

Evacuation de passagers américains

Faute de moyens de dépistage suffisants, seuls 1.219 passagers ont pu subir des analyses de détection du virus, alors même que les passagers avaient reçu l’ordre de rester dans leur cabine pendant quatorze jours.

Ce week-end, les Etats-Unis ont évacué du navire quelque 300 de leurs ressortissants et leurs familles avec deux avions, dont le premier a atterri en Californie dans la nuit de dimanche à lundi alors qu’un deuxième était attendu au Texas. Les rapatriés devront observer une quarantaine de quatorze jours, la durée maximale supposée de l’incubation.

Quatorze cas positifs – des personnes dont les résultats de tests sont parvenus en cours d’opération – figurent parmi les quelque 300 Américains évacués, a annoncé le département d’Etat. Ces personnes ont été isolées des autres passagers dans l’avion. Parallèlement, au moins 40 Américains infectés à bord sont hospitalisés au Japon, selon Washington. Quelque 350 passagers américains se trouvaient à bord du navire mais tous n’ont pas accepté de partir.