Coronavirus : Attention à cette carte trompeuse des émissions de dioxyde de soufre à Wuhan

FAKE OFF Un relevé cartographique prétend prouver que de nombreux corps sont brûlés à Wuhan (Chine), épicentre de l'épidémie de coronavirus

Alexis Orsini

— 

La carte trompeuse sur le dioxyde de soufre à Wuhan.
La carte trompeuse sur le dioxyde de soufre à Wuhan. — capture d'écran/Twitter
  • L'épidémie de coronavirus a fait, à ce stade, plus de 2.700 morts en Chine. Mais nombre d'internautes sont convaincus que le gouvernement minimise le nombre de victimes.
  • Une carte prétendant montrer des relevés anormalement élevés d'émissions de dioxyde de soufre dus à la crémation de nombreux corps, à Wuhan, épicentre de l'épidémie, alimente cette spéculation.
  • Elle induit toutefois en erreur, autant sur l'origine du dioxyde de soufre que sur la nature des données avancées.

Depuis le début de l’épidémie de nouveau coronavirus, en Chine, les soupçons de dissimulation du gouvernement chinois vont bon train, nombre d’internautes étant convaincus que les autorités minimisent – ou dissimulent carrément – le nombre de morts ayant réellement succombé à la maladie.

« Les émissions de dioxyde de soufre qui sont produites lorsque les corps sont brûlés atteignent des niveaux alarmants à Wuhan, épicentre de l’épidémie du nouveau coronavirus », affirme notamment un tweet accompagné d’une carte censée montrer l’épicentre de ces relevés anormaux.

FAKE OFF

Ce tweet reprend directement une affirmation déjà diffusée en anglais. Partagée plus de 15.000 fois depuis le 8 février, elle s’appuie sur un site météorologique : « Les données de Windy.com montrent des émissions très importantes de dioxyde de carbone dans la zone de Wuhan, généralement liées à la crémation de matières organiques. Ces niveaux sont élevés, même si on les compare au reste de la Chine. »

Mais comme l'indique l’Institut national de recherche et de sécurité (Inris), le dioxyde de soufre est prisé pour ses multiples applications industrielles – « fabrication de l’acide sulfurique, agent de blanchiment dans l’industrie de la pâte à papier… » – et émane donc surtout de la combustion des fuels et charbons, ou encore de la réduction à chaud des sulfates métalliques. Des activités réalisées dans des raffineries, comme l’aciérie de Wuhan, située  à deux pas de la zone aux fortes émissions, comme le note le site de fact-checking Snopes.

La carte trompeuse sur le dioxyde de soufre à Wuhan.
La carte trompeuse sur le dioxyde de soufre à Wuhan. - capture d'écran/Twitter

De simples prévisions

En outre, Windy.com n’indique pas des relevés d’émissions archivés ou en temps réel, comme le site l’a lui-même expliqué aux internautes qui l'interrogeaient sur cette publication virale : « Il n’est pas possible de voir des données archivées sur Windy, mais uniquement des prévisions ».

Le calcul de ces dernières repose notamment sur les connaissances déjà acquises de la zone concernée, sur les conditions météo du moment et sur un modèle prévisionnel de la Nasa, dont l’un des météorologues expliquait à nos confrères de FullFact : « Ces émissions [de dioxyde de soufre] ne prennent pas en compte les variations quotidiennes et ne peuvent donc pas rendre compte de changements soudains dans l’activité humaine. Ces variations au jour le jour […] sont dues aux changements météo, notamment du vent. »