Syrie: Le président Assad désigne un nouveau Premier ministre

NOMINIATION Il s’agit de Hussein Arnous, qui avait déjà assumé cette fonction à titre temporaire après le limogeage, en juin, de son prédécesseur. Comme ce dernier, il devra faire face à une crise économique aiguë qui frappe la Syrie

20 Minutes avec AFP

— 

Le nouveau Premier ministre syrien, Hussein Arnous, le 24 août 2020.
Le nouveau Premier ministre syrien, Hussein Arnous, le 24 août 2020. — AFP

Le président Bachar al-Assad a nommé mardi un nouveau Premier ministre chargé de former un gouvernement après les élections parlementaires tenues en juillet, a rapporté la présidence syrienne.

Hussein Arnous, ancien ministre des Ressources hydrauliques, a été nommé chef de gouvernement en vertu d'un décret présidentiel publié par les médias officiels.

Une nomination en pleine crise économique aiguë

Ce dernier avait déjà assumé cette fonction à titre temporaire jusqu'aux législatives du 19 juillet, après le limogeage en juin de l'ancien Premier ministre Imad Khamis, sur fond d'aggravation de la crise économique.

Tout comme son prédécesseur, le nouveau Premier ministre fait l'objet depuis plusieurs années de sanctions imposées par les Etats-Unis et l'Union européenne contre le régime d'Assad.

Sa nomination intervient dans un contexte de crise économique aiguë et d'une dépréciation sans précédent de la monnaie syrienne, ayant provoqué une hausse vertigineuse des prix à travers le pays, et poussé certains commerces à mettre la clé sous la porte.

Un nouveau train de sanctions américaines

Le prochain gouvernement devra également faire face à un nouveau train de sanctions américaines entrées en vigueur en juin, sous le nom de la loi «César», qui sanctionne toute entité collaborant avec Damas, ainsi que des hommes d'affaires et des personnalités clés du régime.

Originaire de la ville de Maarat al-Noumane dans la province d'Idleb, Hussein Arnous est diplômé de la faculté d'ingénierie civile de l'Université d'Alep. Agé de 67 ans, il a déjà occupé plusieurs postes ministériels.

La crise économique en Syrie, déchirée par une guerre qui dure depuis 2011, a été amplifiée par les mesures de confinement adoptées face au Covid-19, mais aussi par le naufrage économique au Liban voisin, touché par une pénurie de dollars et une dégringolade historique de sa monnaie nationale.

Le parti Baas, au pouvoir en Syrie, et ses alliés ont raflé la majorité des 250 sièges de l'Assemblée nationale lors des dernières législatives.