Coronavirus : L’UE appelle les Etats à durcir leurs mesures face à la deuxième vague

VIRUS « Tous les Etats doivent déployer immédiatement et à temps des mesures aux premiers signes de nouveaux foyers potentiels », selon la commissaire européenne à la Santé

20 Minutes avec AFP

— 

La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakide, à Bruxelles, le 15 juillet 2020.
La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakide, à Bruxelles, le 15 juillet 2020. — Francisco Seco / POOL / AFP

Face aux nouveaux foyers d’épidémie de coronavirus, l’Union européenne a appelé les Etats membres à durcir leurs mesures de contrôles « immédiatement » pour contrer la deuxième vague, a indiqué la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, ce jeudi.

Tests, traçage, isolement, surveillance sanitaire et augmentation des capacités hospitalières… « Tous les Etats doivent déployer immédiatement et à temps des mesures aux premiers signes de nouveaux foyers potentiels », a-t-elle averti.

La situation « pire qu’en mars » dans certains pays

« Nous devons éviter une situation où les gouvernements n’auraient d’autre choix que d’imposer des confinements généralisés, ce qui se ferait au détriment de notre santé mentale, de nos économies et du bien-être de nos enfants », a martelé Stella Kyriakides.

« Dans certains Etats, la situation est désormais pire qu’au pic (de l’épidémie) en mars. C’est une cause de préoccupation : ce que cela signifie, c’est que les mesures de contrôle ne sont simplement pas assez efficaces, ou mises en œuvre comme elles devraient l’être (…) Ce n’est pas suffisant », a tancé la commissaire. Elle s’appuyait sur une évaluation du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) montrant que les taux de contamination avaient « fortement » progressé et que les mesures prises par les autorités « n’avaient pas toujours été suffisantes pour réduire ou contrôler » l’épidémie.

La menace supplémentaire de la grippe saisonnière

« La vulnérabilité de la population aux contaminations demeure élevée, car les données disponibles (…) suggèrent que le taux d’immunité est inférieur à 15 % dans la plupart des régions de l’UE et du Royaume-Uni », a précisé l’ECDC. Pour l’autorité, « la situation épidémiologique de nombreux pays est préoccupante car elle pose un risque accru de contamination pour les personnes vulnérables (…) et elle nécessite des actions de santé publique ciblées et immédiates ».

Alors que la grippe saisonnière menace de se superposer aux cas de Covid à l’approche de l’hiver, « nous ne pouvons pas baisser la garde (…) C’est peut-être notre dernière chance d’éviter que se répète la situation du printemps dernier », a encore averti Stella Kyriakides, appelant à renforcer également les campagnes de vaccination contre la grippe. Reconnaissant une « lassitude » des citoyens, susceptible de nourrir un « mépris des règles », la commissaire appelle les Etats membres à faire preuve de pédagogie, notamment « auprès des jeunes », et à « combattre la désinformation ».