Présidentielle américaine : Les enjeux du « débat de la dernière chance » entre Donald Trump et Joe Biden

ETATS-UNIS Alors que le candidat démocrate fait la course en tête dans les sondages, le président américain se démène sur le terrain et devrait tenter de bousculer son adversaire pour leur second et dernier face-à-face, jeudi soir

Philippe Berry

— 

Joe Biden (76 ans) face à Donald Trump (73 ans).
Joe Biden (76 ans) face à Donald Trump (73 ans). — SIPANY/SIPA - JAE HONG/SIPA

De notre correspondant à Los Angeles,

Sur la scène de Nashville, ils ne vont pas se chanter Love me tender. Trois semaines après leur match de catch, Donald Trump et Joe Biden se retrouvent pour un second et dernier duel jeudi soir – leur débat intermédiaire a été annulé la semaine dernière car le président américain, en convalescence du coronavirus, refusait qu’il soit virtuel. Les candidats vont croiser le fer pendant 90 minutes, à partir de 21 heures (3 heures dans la nuit de jeudi à vendredi, heure de Paris).

A 12 jours du scrutin du 3 novembre, cette joute oratoire sera la dernière occasion pour les candidats d’influencer les indécis, alors que Donald Trump compte en moyenne 8 points de retard sur son adversaire. Voici les enjeux principaux.

Qui est prêt à sortir les Etats-Unis de la pandémie ?

Lors du premier débat, Donald Trump n’a pas vraiment été mis en difficulté sur le coronavirus. Joe Biden a répété ses attaques classiques sur les masques et le début de la crise mais sans vraiment parvenir à expliquer ce qu’il ferait différemment pour la suite, hormis « suivre l’avis des scientifiques ». Avance rapide à ce jeudi : la pandémie flambe en Europe, et les Etats-Unis ne sont pas loin derrière, avec plus de 1.000 morts sur la journée de mercredi. Donald Trump, qui a été infecté, ainsi qu’une trentaine de républicains, continue de tenir des meetings de campagne devant des milliers de supporters pour qui le masque est souvent optionnel. Et pour les électeurs, le coronavirus est la question la plus importante du scrutin, avec la santé de l’économie.

Des micros partiellement coupés pour un débat plus civil ?

Après la cacophonie du premier débat, la commission a sévi : les candidats ne pourront pas se couper la parole… A certains moments. Les 90 minutes sont organisées en six sections de 15 minutes, avec pour chaque, deux minutes laissées à chaque candidat pour répondre sans interruption à la question. Et pendant cette période, seul le micro de celui qui parle sera ouvert. Ce n’est donc pas un vrai bouton « mute », qui aurait donné un aspect trop partisan à la modératrice, mais cela devrait permettre de rendre les échanges un peu moins inaudibles.

Jusqu’où ira Donald Trump sur Hunter Biden ?

2016 avait eu les emails piratés de la campagne d’Hillary Clinton, publiés au compte-gouttes par Wikileaks dans la dernière ligne droite. Cette année, c’est le New York Post (qui appartient au patron de Fox News Rupert Murdoch) qui a pris la décision controversée de publier, la semaine dernière, des emails qui appartiendraient au fils de Joe Biden, dont l’authenticité n’a pas été confirmée. Et dont la provenance est suspecte, avec un ordinateur qui aurait été oublié chez un réparateur par Hunter Biden. Donald Trump attaque sans relâche et dénonce des prétendues malversations financières des Biden en Ukraine et en Chine, mais le New York Times a révélé mercredi que le président américain aurait, lui, un compte bancaire secret en Chine. Le candidat démocrate assure qu’il s’agit d’une « campagne de désinformation » qui pourrait avoir été orchestrée par la Russie. Mercredi, l’avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani a affirmé qu’il avait remis l’ordinateur à la police car il contiendrait, selon lui, des images pédopornographiques.

Donald Trump dénoncera-t-il les suprémacistes blancs et s’engage à accepter les résultats ?

Fin septembre, son refus de dénoncer avec conviction les suprémacistes blancs qui le soutiennent avait été condamné de tous les côtés. Tout comme son entêtement à ne pas s’engager à accepter les résultats de l’élection et à garantir une passation du pouvoir pacifique en cas de défaite.

Depuis, Donald Trump a adouci la ligne, notamment lors d’une interview sur NBC mais il ne devrait pas y échapper à cette question. Pour le président américain, l’heure tourne pour convaincre les derniers indécis : plus de 43 millions de personnes ont déjà voté depuis la mi-octobre via le vote anticipé.