Présidentielle américaine : « Hiver sombre » contre « PC des enfers »… Duel de punchlines lors de l’ultime débat Trump-Biden

COMPTE-RENDU A moins de deux semaines du scrutin, les deux candidats ont échangé coup pour coup sans réussir à mettre K.O. leur adversaire

Philippe Berry

— 

Présidentielle américaine (J-11): Des clashs mais pas de K.O. dans l'ultime débat entre Donald Trump et Joe Biden — 20 Minutes

Les enjeux étaient énormes. A 12 jours du scrutin (11 en France ce vendredi), Donald Trump et Joe Biden se sont affrontés sur la scène de Nashville, jeudi soir, pour leur ultime débat. Il a été d’un bien meilleur niveau que le précédent, sans interruption intempestive. Et si le candidat démocrate a dominé la première moitié, notamment sur le coronavirus, Donald Trump a terminé fort en poussant Joe Biden à dire qu’il était favorable à une transition pour sortir du pétrole. Une déclaration risquée que le président américain compte exploiter en Pennsylvanie, un Etat industriel qui pourrait faire basculer l’élection.

Joe Biden commence fort sur le coronavirus

« Quelqu’un qui est responsable d’autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président des Etats-Unis d’Amérique. » Joe Biden a livré un cinglant réquisitoire sur le Covid. Brandissant son masque, souvent moqué par Donald Trump, il a prédit un « dark winter » (hiver sombre), qui pourrait faire 200.000 morts supplémentaires en Amérique selon lui. Sa dernière punchline pourrait marquer les esprits : « Il dit que (le pays) s’habitue à vivre avec le coronavirus. Non, il apprend à mourir avec. »

Les attaques de Donald Trump sur Hunter Biden se retournent contre lui

Il a attendu le milieu du débat pour dégainer. Donald Trump a évidemment évoqué le « laptop from hell », ce PC portable « des enfers » qui appartiendrait à Hunter Biden, et qui aurait été abandonné chez un réparateur, avec des emails publiés au compte-gouttes par le New York Post. « Joe, je pense que vous devez une explication aux Américains », a insisté Trump, accusant le démocrate d’être un « politicien corrompu » et de s’être « enrichi en Chine et en Ukraine avec son fils ».

Joe Biden était prêt : « Je n’ai jamais touché un centime de source étrangère. J’ai publié 22 ans de déclarations d’impôts, où sont les vôtres ? » Donald Trump a assuré qu’il les publierait une fois son audit terminé. « Cela fait quatre ans qu’il dit ça », a rappelé Biden.

Poussé par Donald Trump, Joe Biden prend un risque sur le pétrole

Lors d’une passe d’armes sur le changement climatique, Donald Trump n’a pas lâché le morceau et a poussé Joe Biden à clarifier sa position sur les hydrocarbures. Le démocrate s’est alors dit favorable « à une transition pour (sortir) du pétrole » et privilégier les « énergies renouvelables. Le président américain n’a pas laissé passer l’occasion : « C’est une sacrée déclaration. Il détruit l’industrie pétrolière. Est-ce que vous vous en souviendrez au Texas ? Est-ce que vous en souviendrez en Pennsylvanie, en Oklahoma, en Ohio ? »

Joe Biden compte pour l’instant cinq points d’avance en Pennsylvanie, soit la même qu’Hillary Clinton il y a quatre ans. Et lors des deux dernières semaines, l’écart s’était réduit jusqu’à une victoire sur le fil de Donald Trump. Il y a toutefois une différence notable : plus d’un tiers des Américains ont déjà voté cette année, ce qui pourrait rendre un retournement de situation plus compliqué.