Coronavirus en Lozère : Le plus vieil atelier de jeans de France s’active pour fabriquer des masques

SOLIDARITE Lundi, la PME cévenole a en déjà offert 500 à des personnes qui en ont le plus besoin

Nicolas Bonzom

— 

Les masques fabriqués par l'atelier Tuffery, en Lozère
Les masques fabriqués par l'atelier Tuffery, en Lozère — Atelier Tuffery
  • L’atelier Tuffery, la plus vieille fabrique de jeans de France, s’est mis à la conception de masques, pour répondre à la pénurie, en raison de l’épidémie de coronavirus.
  • La PME de Lozère a offert 500 masques lundi à des unités qui en ont le plus besoin.
  • « Le sourire sur le visage des gens lorsqu’on les donne, je crois qu’on ne l’oubliera jamais », reprend Julien Tuffery, l’actuel gérant, arrière-petit-fils du fondateur.

A Florac, en Lozère, les machines à coudre de l'atelier Tuffery tournent à plein régime. Dans cet atelier de confection de jeans, le plus ancien de France, créé en 1892, le gérant, arrière-petit-fils du fondateur, a décidé de mettre son entreprise au service de cette période un peu particulière. Depuis quelques jours, dans cette PME cévenole qui emploie 16 salariés, on ne fabrique plus de pantalons, mais des masques, pour tenter de répondre à la pénurie, en raison de l’épidémie de coronavirus.

Et pour les concevoir, Julien Tuffery, le jeune patron de l’atelier, a pioché dans leur matière première : « des toiles en polycoton, et des toiles de jean », confie le gérant. « Nous utilisons pour nos jeans une super qualité, pour ce qui est de l’épaisseur et de la robustesse de la toile, nous sommes plutôt bien lotis, note Julien Tuffery. C’est cette matière que nous utilisons pour confectionner les masques. »

En Lozère, les salariés se sont mis à la fabrication de masques, à l'atelier Tuffery
En Lozère, les salariés se sont mis à la fabrication de masques, à l'atelier Tuffery - Atelier Tuffery

« C’est mieux que rien »

Ces masques, l’atelier les donne gracieusement, d’abord aux unités prioritaires, comme le personnel soignant ou le personnel en charge de personnes vulnérables.

Mais attention, ces masques n’obéissent à aucune norme médicale (lire ici). « Je suis très clair là-dessus, nous n’avons pas la prétention de faire un objet médical, reprend l’entrepreneur. Nous faisons une protection simple, de bon sens. Je crois que c’est mieux que rien. Cela peut servir aux personnes qui souffrent d’un manque de masques. Des établissements sociomédicaux, qui œuvrent auprès d’enfants en situation de handicap, et qui ne sont pas forcément prioritaires, ou des soignants à domicile. Ce n’est pas du tout un coup de communication. Ces masques, nous les donnons. »

Lundi, l’atelier Tuffery avait déjà livré 500 masques en toile de jean. Et la production se poursuit dans cette PME cévenole. « Le sourire sur le visage des gens lorsqu’on les donne, je crois qu’on ne l’oubliera jamais », conclut l’entrepreneur.