Résultats des municipales 2020 à Bordeaux : Pierre Hurmic fait passer la ville au vert avec 46,48 % des voix

ELECTIONS A la surprise générale et dans un sprint final, le candidat écolo a fait basculer Bordeaux à gauche, au second tour des élections municipales

Marion Pignot

— 

Pierre Hurmic revendique la victoire, le 28 juin 2020, au second tour des élections municipales à Bordeaux.
Pierre Hurmic revendique la victoire, le 28 juin 2020, au second tour des élections municipales à Bordeaux. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • A Bordeaux, un second tour historique a opposé trois candidats : le maire sortant Nicolas Florian (LR) rallié à Thomas Cazenave (LREM), l’écologiste Pierre Hurmic et Philippe Poutou, le candidat d’extrême gauche.
  • Le 18 juin, un dernier sondage a annoncé que Nicolas Florian se détachait devant Pierre Hurmic. Il récoltait 49 % des intentions de vote contre 40 % pour le candidat écologiste et 11 % pour Philippe Poutou.
  • Ce 28 juin, après six mois d'une campagne électorale inédite, Pierre Hurmic a finalement remporté la mairie de Bordeaux, avec 46,48 % des voix. Il met ainsi fin à 73 ans de règne de la droite.

Historique. Bordeaux bascule à gauche. A 20h30 déjà, les sourires étaient loin d’être masqués rue des Trois Conils au quartier général de Pierre Hurmic. Bordeaux a suivi la vague verte et a basculé écolo ce dimanche soir, au second tour des élections municipales (38,33 % de participation). Après près de trente ans dans l’opposition, Pierre Hurmic (Bordeaux Respire) va devenir maire de la capitale girondine.

Avec 46,48 % des voix, le candidat écologiste a soufflé la place de maire à Nicolas Florian (44,12 %), loin devant Philippe Poutou (Bordeaux en luttes) et ses 9,39 %. Le maire sortant (LR), appelé pour la relève par Alain Juppé, n’aura finalement pas fait le poids face à l’avocat girondin, écolo convaincu. Au premier tour déjà, l’héritier d’Alain Juppé n’avait recueilli que 18.990 voix, soit seulement 96 d’avance sur Pierre Hurmic. Le score très serré des deux premiers a sonné comme un coup de tonnerre à Bordeaux. La ville n’avait pas eu le droit à un second tour depuis 1947.

A 19 h 30, la mairie de Bordeaux, où les bureaux votent traditionnellement à droite, les résultats n’étaient pas en faveur du candidat LR. A 19 h 45, Alain Juppé se pointait cependant tout sourire, affolait les journalistes et déclenchait les rumeurs de victoire du camp LR. Une dizaine de minutes plus tard, les sondages « sorties des urnes » donnaient Pierre Hurmic devant, à un point seulement. L’écart se creusera finalement vers 21 h 30 : EELV devance LR de trois points. Enorme.

« J’ai beaucoup de tristesse », lâche Alain Juppé

« Je préfère être prudente, mais Bordeaux a l’air d’avoir changé de camp, d’avoir suivi la vague verte », analysait vers 20 heures Camille Choplin. Devant le QG de campagne, la numéro deux de la liste Bordeaux Respire affichait un joli sourire qui promettait une belle soirée de victoire et de fin de campagne. « J’ai beaucoup de tristesse. Je n’ai rien à dire sur les alliances. Que voulez-vous, c’est la démocratie. Il y a une vague verte partout en France », lâche un Alain Juppé ému, en quittant la mairie de Bordeaux à 21h40.

En partant avant même l’intervention de Nicolas Florian, le mentor du maire sortant, qui avait l’habitude d’être élu dans un fauteuil dès le premier tour, enterrait alors les derniers doutes sur le score finale et… Nicolas Florian.

On ne manquera certainement pas de rappeler que le candidat LR avait déjà échoué par deux fois lorsqu’il s’était présenté face aux électeurs bordelais sur son nom. C’était lors des législatives de 2012 et 2017. Pourtant, il y a dix jours un dernier sondage avait annoncé que Nicolas Florian se détachait devant Pierre Hurmic. Il récoltait 49 % des intentions de vote, contre 40 % pour le candidat écologiste et 11 % pour Philippe Poutou.

Personne ne l’a donc vu venir, mais c’est finalement Pierre Hurmic qui sera l’homme de l’alternance à Bordeaux. « Vous avez fait mentir les sondages. Elle est à vous cette victoire, a lancé le candidat écolo qui a revendiqué la victoire à 22 h 30, dans la cour de la mairie de Bordeaux. Je serai un maire à plein temps. Les Bordelais le méritent, je ne les décevrai pas. »