Déconfinement à Paris : Ecoles, parcs, bars… Comment la phase 2 va se dérouler

MISE AU POINT La mairie de Paris a tenu une conférence de presse ce vendredi pour préciser les modalités du déconfinement

Guillaume Novello

— 

La grande majorité des écoles vont rouvrir à Paris mais tous les élèves ne pourront pas être accueillis (illustration).
La grande majorité des écoles vont rouvrir à Paris mais tous les élèves ne pourront pas être accueillis (illustration). — Woytek Konarzewski/SIPA
  • Dans la foulée des annonces d’Edouard Philippe, la mairie de Paris a détaillé la mise en place de la phase 2 du déconfinement.
  • La municipalité promet d’augmenter le nombre d’enfants qui pourront être accueillis tout au long du mois de juin.
  • Les bars et restaurants pourront à partir du 2 juin étendre leurs terrasses sur les trottoirs et les places de stationnement. De même certaines rues pourraient être rendues piétonnes en soirée.

Après les grandes annonces, les petits détails. Edouard Philippe a présenté jeudi les grandes lignes de la phase 2 du déconfinement, annonçant notamment un assouplissement des mesures de contrôle. Dans la foulée, la mairie de Paris a tenu ce vendredi une conférence de presse pour présenter la traduction concrète de cette libération progressive dans trois domaines : écoles, parcs et jardins, bars et restaurants. 20 Minutes vous en présente les points saillants.

Les crèches, écoles et collèges

Commençons par les tout-petits. La première semaine du déconfinement, les crèches ont accueilli 2.000 bambins pour monter à 4.500 aujourd’hui, avec environ 6.000 places disponibles selon la mairie de Paris. « Il y avait 220 crèches ouvertes le 12 mai, et plus de 300 aujourd’hui, s’est félicité Patrick Bloche, adjoint en charge de l’éducation et de la petite enfance. Nous sortons progressivement des seuls critères prioritaires. »

Concernant le primaire et la maternelle dans le public, le 2 juin, 633 écoles sur 654, soit quasiment 97 %, seront ouvertes. En moyenne, en raison de la distanciation physique, 19 % des enfants sont accueillis à l’école, mais pas durant la totalité de la semaine en raison de dispositifs d’alternance par demi-semaine. En moyenne, ça donne du 9 élèves par classe. Néanmoins Patrick Bloche assure de la volonté d’Anne Hidalgo « d’accueillir toujours plus d’enfants ». Il en veut pour preuve les 6.000 agents mobilisés dans les écoles dont 2.000 agents d’entretien et 3.476 animateurs et les 350.000 euros de dépenses hebdomadaires supplémentaires pour le nettoyage. « Paris n’est pas le mouton noir de la réouverture des écoles », s’est défendu l’adjoint, visant notamment Jean-Michel Blanquer : « Je n’ai pas compris pourquoi le ministre a pointé la mairie de Paris ». Accusé de faire un « mauvais procès », le ministre en a pris pour son grade puisqu’Emmanuel Grégoire, premier adjoint, a jugé que « ce qu’a fait Jean-Michel Blanquer ce matin sur France Info est honteux, il se défausse sur les collectivités territoriales alors que compte tenu du protocole sanitaire établi par le gouvernement, il est impossible d’accueillir tout le monde ».

Enfin, presque tous les collèges rouvriront le 2 juin, seuls 6 sur 114 resteront fermés. « Dans deux collèges, il fallait des travaux longs, et les quatre autres devaient de toute façon fermer de façon anticipée le 19 juin », a précisé Patrick Bloche.

Bars et restaurants

Nous avions évoqué dans un précédent article la réappropriation des rues et des places par les Parisiens. Eh bien cela devrait se poursuivre pendant tout l’été. L’Ile-de-France étant une zone orange, les bars et restaurants ne pourront proposer le 2 juin qu’un service en terrasse avant une ouverture totale le 21 juin. Néanmoins, afin « d’aider les restaurateurs car ils vont traverser une période très difficile économiquement, la ville va les autoriser à étendre leurs terrasses », a annoncé Olivia Polski, adjointe en charge du commerce et de l’artisanat. « On travaille sur un dispositif léger, opérationnel dès mardi prochain, mais qui devra respecter les circulations piétonnes, la tranquillité des riverains, la sécurité des clients et la propreté des rues », a-t-elle précisé.

« Il n’y aura pas d’autorisation préalable, ce sera du déclaratif, a ajouté Jean-Louis Missika, adjoint en charge du développement économique et de l’urbanisme. Le restaurateur se rendra sur le site paris.fr et indiquera l’espace public qu’il souhaite occuper, soit un espace de trottoir, soit une place de stationnement. C’est un système souple qui demande en contrepartie un engagement des restaurateurs à respecter certaines règles. » Charge aux mairies d’arrondissement de vérifier que tout se passe bien. Cet empiétement sur la rue sera également possible pour les restaurateurs ne disposant pas de terrasses en temps normal.

Enfin, la mairie de Paris prévoit de « fermer certaines artères entre 19h et 22h, notamment les voies étroites ». Comme c’est toujours en réflexion et surtout parce qu’Anne Hidalgo en réserve la primeur de l'information à un média qui n’est pas 20 Minutes, aucun nom de rue n’a encore filtré. Enfin Jean-Louis Missika a indiqué que l’ensemble de ces dispositifs devraient se maintenir jusqu’au 30 septembre.

Les espaces verts

« Nous allons rouvrir samedi matin la totalité des espaces verts, y compris la petite ceinture ou encore la coulée verte, aux horaires d’été normaux », a annoncé Pénélope Komitès, adjointe en charge des espaces verts et de la biodiversité. Elle n’a pas oublié de rappeler que cela fait depuis le 11 mai que la mairie « réclame cette ouverture » et que le gouvernement n’a rien voulu savoir. En revanche, les aires de jeux pour enfants demeurent fermées mais devraient rouvrir progressivement.

Concrètement, « il sera possible de se promener, de se poser sur la pelouse, de pratiquer des activités sportives individuelles mais pas des sports collectifs », a détaillé l’élue. Le port du masque sera recommandé mais non obligatoire. Il y aura des distributeurs de gel devant les jardins et du savon à l’entrée des aires de jeux pour que les enfants puissent se laver les mains. « Dans les parcs, il n’y aura pas de sens de circulation, ni de maximum de fréquentation, a indiqué Pénélope Komitès. Mais nous demandons aux Parisiens de respecter les gestes barrières et de ne pas se regrouper à plus de dix sur les pelouses. »

Et quid des pique-niques ? « Comme nous recommandons le port du masque, ça complique les pique-niques même s’ils ne sont pas interdits. » Par ailleurs, les activités de concessionnaires (manèges, poneys) vont reprendre dans le respect des distances de sécurité. Enfin, vu que « le week-end va être très chargé car cela fait un mois que les Parisiens sont privés de cette respiration naturelle », la mairie de Paris a décidé de mobiliser « des effectifs de la DDSP et des médiateurs de manière à tourner dans les grands parcs pendant le week-end ».