Nantes : Plus d’une heure d’attente en moyenne… Pour accéder aux déchetteries, c’est toujours la folie

DECONFINEMENT Comme le week-end dernier, il faut s'armer de patience pour accéder aux déchetteries et éco-points de l'agglomération nantaise

Frédéric Brenon

— 

Une file d'attente devant la déchetterie de Rezé, en banlieue nantaise. Vendredi 22 mai 2020.
Une file d'attente devant la déchetterie de Rezé, en banlieue nantaise. Vendredi 22 mai 2020. — F.Brenon/20Minutes
  • L’attente pour accéder à une déchetterie dépasse souvent une heure.
  • Le nombre de véhicules pouvant entrer sur le site est limité.
  • Les habitants sont, en plus, nombreux à avoir accumulé toutes sortes de déchets recyclables.

Des scènes étonnantes qui se répètent. Entièrement rouverts depuis le 11 mai à la faveur du déconfinement, les écopoints et déchetteries de la métropole nantaise sont à nouveau pris d’assaut ce vendredi. Comme le week-end dernier, plus d’une heure d’attente est nécessaire pour accéder à la plupart des sites. Et c’est parfois beaucoup plus. A la déchetterie de Rezé, par exemple, il fallait compter environ 1h45 cet après-midi.

L’explication principale tient aux limitations d’accès. Pour des raisons de sécurité sanitaire, l’entrée est limitée à trois véhicules par plateforme à la fois (deux pour les écopoints). Et une seule personne par véhicule est autorisée à descendre. Une contrainte imposée alors que de nombreux habitants ont accumulé toutes sortes de déchets à l’issue de deux mois de confinement​. Déchets verts et « tout venant » étant les plus courants dans les coffres et remorques.

« Ce sera pareil pendant au moins huit jours »

« Je n’ai pas osé venir la première semaine mais je n’avais plus le choix, ça s’entassait chez moi », explique Nicolas, qui a entamé des travaux de rénovation de sa maison en avril. Jean-Paul, lui, en est à son troisième tour en quelques jours pour dépanner ses « enfants qui travaillent ». « C’est fou cette attente ! J’ai hésité à venir mais ce sera pareil pendant encore au moins huit jours », se désole-t-il. Patrick, lui aussi, s’est résolu à patienter. « J’ai eu un incendie dans un abri de jardin et j’avais énormément de débris à me débarrasser. Je ne pouvais plus attendre ! ».

Face aux files interminables de voitures, un autre Patrick, lui, avait préféré deux fois faire demi-tour. Mardi dernier, il a finalement pu se débarrasser d’une partie de ses déchets verts à la déchetterie de la Prairie de Mauves, à Nantes. « Cette fois, je suis resté malgré les 500 m de queue. J’ai attendu au moins une heure et demie ! ».

Afin de limiter l’attente, Nantes métropole demande aux usagers de bien trier leurs déchets avant d’arriver sur site. Et de garder à domicile « verre, papier, cartons, bois, déchets dangereux et tout venant » en attendant que la situation revienne à la normale.