Démission de Christophe Girard : Anne Hidalgo réclame « des excuses » à ses partenaires écologistes

MAIRIE DE PARIS « Ça va être plus qu’une explication. (…) Il y a eu un manque de respect évident », a indiqué Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris

20 Minutes avec AFP

— 

Anne Hidalgo et Christophe Girard à Paris, le 4 octobre 2019.
Anne Hidalgo et Christophe Girard à Paris, le 4 octobre 2019. — AFP

Premier couac au sein de la majorité municipale à Paris​. La maire PS Anne Hidalgo va réclamer « des excuses » aux élus EELV au sujet de l ’affaire Christophe Girard, a indiqué ce vendredi son premier adjoint Emmanuel Grégoire. « Nous allons demander des excuses à nos partenaires écologistes, non pas sur leur mobilisation que nous respectons mais sur les excès, y compris dans les manifestations », a-t-il précisé sur franceinfo.

Christophe Girard, entendu en mars dans le cadre de l’affaire Matzneff, a démissionné jeudi de ses fonctions d’adjoint à la Culture. Des élus écologistes et des féministes avaient réclamé sa suspension et ont manifesté jeudi sous les fenêtres de l’Hôtel de Ville avec des slogans parfois très crus à l’égard de la mairie.

« Nous avons un problème, nous souhaitons clarifier les relations de travail »

« Il y avait 20 personnes (…) mais il y avait des pancartes qui étaient inadmissibles, "bienvenue à pédoland" et "pédos en commun", un détournement de notre logo de campagne (Paris en commun) y compris des écologistes aux deuxième tour des municipales le 28 juin », a dénoncé Emmanuel Grégoire. « Ça va être plus qu’une explication. Nous avons un problème, nous souhaitons clarifier les relations de travail (…) il y a eu un manque de respect évident », a encore déploré le premier adjoint.

Anne Hidalgo avait apporté dès jeudi son soutien à son « ami » Christophe Girard, se disant « écœurée ». « Dans quelle démocratie vivons-nous où le droit est piétiné par la rumeur, les amalgames et les soupçons ? », a-t-elle écrit dans un tweet.

« Il faut saluer sa décision de se mettre en retrait »

Des élus écologistes et des féministes lui avaient écrit voici quelques jours pour lui demander la suspension de l’adjoint à la Culture et l’ouverture d’une enquête interne à la Ville de Paris, estimant que Christophe Girard devait s’expliquer sur ses liens et agissements auprès de Gabriel Matzneff.

« Il faut saluer sa décision de se mettre en retrait », « une décision qui l’honore, courageuse et qui permet certainement d’apaiser la situation », a réagi vendredi sur LCI le secrétaire national d’EELV Julien Bayou​, tout en ajoutant que « peut-être eut-il été plus simple de ne pas le nommer adjoint à la Culture ». « Moi, je n’aurais pas forcément organisé cette manifestation, encore moins utilisé ces slogans (…) que je trouve choquants », a-t-il néanmoins précisé.

Les enquêteurs ont interrogé en mars Christophe Girard, secrétaire général de la Maison Yves-Saint Laurent entre 1986 et 1987, structure qui a apporté un soutien financier à l’écrivain Gabriel Matzneff dans les années 1980, selon plusieurs récits. L’écrivain est visé par une enquête pour « viols sur mineurs » ouverte par le parquet de Paris après la publication en janvier du roman autobiographique de Vanessa Springora dans lequel elle décrit la relation sous emprise qu’elle a entretenue lorsqu’elle était mineure avec l’écrivain et qui l’a dévastée.