Lancement des journées d'été des partis politiques à l'heure du coronavirus

POLITIQUE Les journées d'été débutent cette semaine, virtuelles, sans public, invités masqués, tour d'horizon des conditions pratiques et thèmes abordés selon les partis

O. G. avec AFP

— 

Jean Luc Melenchon prendra la parole lors des journées d'été de LFI baptisées «AMFIS» à Châteauneuf-sur-Isère (Drôme), près de Valence dimanche 23 août.
Jean Luc Melenchon prendra la parole lors des journées d'été de LFI baptisées «AMFIS» à Châteauneuf-sur-Isère (Drôme), près de Valence dimanche 23 août. — Alain ROBERT/SIPA

Les traditionnelles journées d'été des différents partis vont débuter cette semaine... dans un contexte toujours aussi particulier de coronavirus. Au programme : gel hydroalcoolique, invités masqués et «monde d'après»... Petit tour chronologique des différents rendez-vous politiques qui doivent lancer la rentrée. 

  • 20 août : Les écologistes et LFI pour démarrer

Après la vague verte des municipales, les écologistes se retrouveront à la Cité fertile de Pantin, du 20 au 22 août. Coronavirus oblige, pour la première fois les conférences seront retransmises sur la plateforme internet de l'événement. Cinq thématiques de débat seront à l'honneur, de l'action possible au niveau municipal aux prochaines échéances électorales, en passant par la convention citoyenne pour le climat.

La France Insoumise lancera ses journées d'été baptisées «AMFIS» à Châteauneuf-sur-Isère (Drôme), près de Valence, du 20 au 23 août. Le temps fort du week-end sera le meeting de Jean-Luc Mélenchon, prévu le dimanche à 10h30. Les précautions sanitaires seront nombreuses: jauge réduite, masque obligatoire même à l'extérieur, virucide entre chaque conférence et prise de température à l'entrée sur le site.

  • 28 août : Le PS prépare «la gauche d'après»

Les socialistes se retrouveront à Blois (Loir-et-Cher) durant trois jours, pour leur «Rendez-vous de la gauche d'après», marqué par la présence des cadres et élus du parti, dont le Premier secrétaire Olivier Faure qui doit prononcer un discours. Là aussi, moins d'activités que prévu pour pouvoir nettoyer et aérer les salles entre chaque atelier et des festivités programmées en extérieur.

  • 29 août : LR, les troupes de Pécresse et le PCF

Chez Les Républicains, un rendez-vous était initialement prévu à Nîmes, mais le lieu ne se prêtait pas à la distanciation sociale. Plus grand, le site de Port-Marly permettra d'effectuer des ateliers en extérieur et de conserver la jauge de 1.000 personnes attendues. Si le parti de droite souhaitait organiser cette année un seul et même événement de rentrée, il devra compter avec les «Universités d'été de La Baule», organisées le même jour par la fédération de Loire-Atlantique, dont le président Franck Louvrier accueillera plusieurs cadres du parti.

Le même jour se tiendra également à Mennecy (Essonne) le campus d'été de Libres!, le mouvement fondé par la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, ex-LR dont le nom est également avancé pour la présidentielle de 2022.

De l'autre côté de l'échiquier politique, les communistes se retrouveront à Malo-les-Bains (Nord), tout près de Dunkerque, pour une journée marquée par le discours du secrétaire national du Parti Fabien Roussel, suivi d'un débat qui verra ce dernier échanger avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Au PCF, on explique «se plier aux réglementations de la préfecture» en matière sanitaire.

  • 4 septembre : Les Jeunes Républicains pour «réconcilier»

Les Jeunes Républicains accueilleront leurs ténors deux jours durant pour une série de débats autour de la réconciliation entre Europe et souverainetés, écologie et croissance, démocratie et autorité... Les figures du parti seront là, dont François Baroin, qui doit clarifier ses intentions quant à la présidentielle de 2022 «à l'automne». Pour le secrétaire général de LR, Aurélien Pradié, l'événement va «rassembler un millier de jeunes qui, en deux journées, vont travailler sur la question de l'écologie, de la République, de nos valeurs fondamentales...»

  • 5 septembre : La rentrée du RN à Fréjus

Le Rassemblement National se réunira, comme l'an dernier, dans la ville dirigée par David Rachline depuis 2014. La jauge de l'événement devrait être très limitée puisque seuls les élus du parti de Marine Le Pen et les journalistes pourront être présents.

  • 12 septembre : LREM à Amiens, entre autres

Le parti présidentiel propose un format inédit: «impossible» cette année de réunir plus de 4.000 personnes comme à Bordeaux l'an dernier. Les cadres du mouvement se réuniront donc à Amiens le samedi avec les adhérents des Hauts-de-France avant de retrouver, le dimanche, les marcheurs sur les différents «campus» (15 sont prévus, dans chaque région) de ces universités d'été. Un choix motivé par les règles sanitaires et par la volonté d'être présents «dans les territoires». Les ateliers de travail évoqueront l'après-crise et une thématique: «Construire ensemble».

  • 19 septembre: Modem, le choix du virtuel

Le Modem privilégie le terrain virtuel pour se retrouver à la sortie de l'été. Rendez-vous est donné aux centristes sur internet le week-end du 19 septembre. Un moyen pour le parti de François Bayrou de respecter à la lettre les mesures de distanciation sociale.