Coronavirus à Mulhouse : « Cela a commencé par un rhume assez fort, de la toux », témoigne un médecin contaminé

INTERVIEW Atteint par le coronavirus, Jonathan Peterschmitt, médecin généraliste dans le Haut-Rhin témoigne sur son état de santé

Propos recueillis par Nils Wilcke

— 

L'église évangéliste de la Porte ouverte a annulé son culte ce mardi.
L'église évangéliste de la Porte ouverte a annulé son culte ce mardi. — SÉBASTIEN BOZON/AFP
  • Dix personnes dont un médecin, réparties dans deux familles, ont été contaminées par le coronavirus à Mulhouse lors d’un rassemblement d’un mouvement évangéliste, mi-février.
  • Médecin généraliste, Jonathan Peterschmitt raconte comment il a compris qu’il était atteint par le coronavirus et les symptômes de celui-ci.

Dix personnes, réparties dans deux familles, ont été contaminées par le coronavirus dans la région de Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Ils ont été contaminés au cours d’un rassemblement d’un mouvement évangéliste, l’église de la Porte ouverte, comme l’a confirmé l’agence régionale (ARS) du Grand Est au cours d’une conférence de presse ce matin. Le rassemblement a eu lieu lors de la semaine du carême du 17 au 24 février.

L’un des malades, Jonathan Peterschmitt, médecin généraliste qui exerce à Ammertzwiller, témoigne sur son état de santé. Il est le fils du pasteur qui a organisé le rassemblement, lui-même contaminé et souffrant.

Comment avez-vous appris que vous étiez porteur du coronavirus ?

Je me suis montré prudent, c’est peut-être plus simple pour moi car je suis médecin. J’ai appris qu’il y avait des cas déclarés sur le secteur dans lequel j’exerçais. Comme je ne me sentais pas très bien, j’ai préféré prévenir de moi-même l’ARS pour éviter de contaminer mes patients. L’ARS m’a conseillé de fermer mon cabinet et c’est ce que j’ai fait. Cela a commencé par un rhume assez fort, de la toux… Dans mon cas, ce sont des symptômes grippaux pas très graves. Si je n’avais pas entendu parler du coronavirus, je n’aurais pas soupçonné en être atteint.

Comment vous sentez-vous? Comment va votre famille ?

Je suis très serein. Avec ma femme, nous avons quatre enfants. Pour le moment, nous sommes trois à avoir été identifiés positif au coronavirus mais on va bien. J’ai des enfants en bas âge et pour le moment, leur état ne m’inspire pas d’inquiétude. Je suis content de pouvoir discuter avec les médias pour communiquer sur le sujet. Je suis la preuve vivante qu’on peut être malade tout en étant en forme. Il faut surtout se montrer prudent et vigilant avec les personnes âgées et fragiles.

Combien de personnes sont potentiellement concernées au sein de l’Eglise ?

C’est toute la question. On a eu cette semaine de célébrations avec quatre réunions par jour. En termes de fréquentation, on a eu un millier de personnes pour les réunions les moins fréquentées et jusqu’à 2500 personnes pour les plus suivies. Dans l’assemblée de fidèles, j’ai cru comprendre qu’une maman et ses enfants avaient été détectés mais il faudra attendre un peu pour en avoir confirmation. Il faut rappeler que quand nous avons organisé ces rencontres, il n’y avait pas de restrictions de la part des autorités, autrement nous ne l’aurions pas fait.