Coronavirus : « Gloire aux cheveux gras ! » Arrêter le shampoing pendant le confinement, une bonne idée ?

HYGIENE La « cure de sébum », qui fait de plus en plus d’adeptes en cette période de confinement, consiste à arrêter de se laver les cheveux pendant un temps, ce qui les rendrait plus beaux

Julie Urbach

— 

Perdre ses cheveux peut être très difficile à vivre, surtout chez les femmes.
Perdre ses cheveux peut être très difficile à vivre, surtout chez les femmes. — Christoph Grothgar / Mo/REX/SIPA
  • De nombreuses influenceuses et internautes profitent du confinement pour se tenir à distance… de leur shampoing.
  • Les témoignages autour de cette méthode, appelée cure de sébum, se multiplient alors les dermatologues que 20 Minutes a interrogés sont moins enthousiastes.

« Hors de question que Macron lève le confinement tant que je n’ai pas fini ma cure de sébum ! » Alors que pour certains, rester chez soi rime avec désarroi, d’autres prennent comme une aubaine le fait de ne plus avoir à mettre le nez dehors. Depuis le début du confinement, de nombreuses influenceuses et internautes en profitent pour se tenir à distance… de leur shampoing. « Je me sens moche mais c’est pour la bonne cause », rigole Chloé, qui ne s’est pas lavé la tête depuis cinq jours.

Sur les réseaux sociaux, les témoignages autour de cette étonnante pratique, appelée « cure de sébum », fleurissent. Avec à la clé des photos ou vidéos de racines luisantes ou autres mèches collées, associées de slogans tels que « Gloire aux cheveux gras ! ». « J’ai déjà les cheveux tout plats sur le dessus », témoigne Marion, 28 ans, qui en est à « J+5 ». « J’espère tenir un mois complet », rapporte de son côté Mylène, à qui il tarde d’en constater « les bienfaits ».

Une ou plusieurs semaines

Par flemme ou par conviction, ne plus se laver les cheveux n’aurait que des avantages, si on en croit les adeptes de cette méthode. « L’idée, c’est que le sébum produit par le cuir chevelu ait le temps de redescendre jusqu’aux pointes, explique Laureen, fondatrice de La Belle Boucle, qui a rédigé un billet de blog sur le sujet. Pour cela, il faut se brosser doucement les cheveux, deux fois par jour, pendant une ou plusieurs semaines selon les personnes. Il faut se préparer à avoir un côté gras, c’est sûr ! Mais une fois les cheveux lavés, la cure donne de bons résultats : elle régule le cuir chevelu, favorise la pousse, améliore la texture, et peut réduire la casse. »

Sans formellement la déconseiller, le docteur Henri Pawain est moins enthousiaste. « Cette technique ne repose sur aucun substrat scientifique, observe le dermatologue. Je doute que le sébum, qui n’est pas un liquide, puisse glisser beaucoup plus loin que de quelques centimètres. » Celui qui recommande de se laver les cheveux quand on en ressent le besoin (en moyenne une à deux fois par semaine pour les femmes), explique que « c’est moins le shampoing qui fragilise la kératine du cheveu que tous les appareils chauffants utilisés ensuite, comme les sèche-cheveux ou les lisseurs ».

Des précautions à prendre pendant l’épidémie

Un avis partagé par Dermato Drey, le pseudonyme choisi par cette dermatologue installée près d’Aix-en-Provence et qui vient de lancer sa chaîne Youtube. « Le risque pour certaines personnes est que les levures abritées par le cuir chevelu prolifèrent, et donnent pellicules, mauvaises odeurs, ou dermite séborrhéique », estime le médecin, qui alerte sur un autre aspect, lié à l'actualité. «  Le coronavirus ne traverse pas la peau ou le cuir chevelu, mais des particules virales peuvent se déposer sur les cheveux et y rester pendant plusieurs heures. Les toucher, puis toucher son visage, est un risque de récupérer le virus. Il vaut mieux se les laver régulièrement, ou au moins de se couvrir complètement la tête quand on sort de chez soi et qu’on risque de croiser du monde. Avec un chapeau ou un foulard, que l’on passe à la machine en rentrant. »

Mathilde, elle, n’a plus à se soucier de ses recommandations. La Strasbourgeoise a terminé sa cure de sébum il y a plusieurs semaines déjà, et se dit ravie de l’expérience. « Après la première semaine, la sensation de gras est partie, pour laisser place à un effet mouillé, raconte-t-elle. Je me faisais des tresses, je me mettais du rouge à lèvres pour détourner l’attention des collègues, et en fait ça s’est super bien passé ! » Depuis, elle assure que sa chevelure s’est métamorphosée. « C’est magnifique. Je tiens désormais quatre jours sans shampoing. J’ai gagné en volume, et en confiance en moi. »