VIDEO. Coronavirus : Un diagnostic au volant et « les résultats en 24 heures »… Les drives se développent en France

A EMPORTER Exemple à Cannes où des laboratoires de ville font passer ces dépistages sur le bitume

Fabien Binacchi

— 

Les tests se font, au volant, à l'extérieur du laboratoire
Les tests se font, au volant, à l'extérieur du laboratoire — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Un système de drive-test du coronavirus se développe ces derniers jours un peu partout en France pour limiter la propagation du Covid-19.
  • A Cannes, il est utilisé dans un laboratoire de ville pour « qu’aucun cas suspect au coronavirus ne pénètre dans le laboratoire où il pourrait contaminer le personnel mais aussi la patientèle qui continue à venir pour d’autres examens ».

17h passées ce jeudi après-midi à Cannes. Un SUV se faufile entre des barrières sur une bande d’arrêt minute, juste devant la porte automatique d’un laboratoire de biologie médicale. Au volant, Mario porte un masque. Cet Azuréen de 59 ans a « de la toux, des maux de tête et des épisodes de fièvre depuis 48 heures. »

Les signes sont évocateurs. Et son médecin lui a prescrit un test de dépistage pour le Covid-19. Il va le passer là, depuis la place passager de son véhicule. Pas de fast-food dans ce « drive-in » donc, mais un test pour déceler le nouveau coronavirus. Un système qui se développe ces derniers jours un peu partout en France pour limiter la propagation.

En quelques secondes et la voiture repart

Une petite équipe de ce laboratoire Bioestérel de la cité des festivals, boulevard de la Ferrage, sort avec un chariot de prélèvement. Après avoir vérifié l’identité du patient, un médecin biologiste, équipée de lunettes de protection, d’un masque FFP2, d’une surblouse et d’une charlotte s’avance, un écouvillon dans sa main gantée. Il l’enfonce dans une narine du quinquagénaire. L’opération ne dure que quelques secondes. « Vous aurez le résultat sous 24 heures », lance le Dr Guillaume Armana. Et la voiture repart.

Derrière, dans un autre véhicule, Jean-François, un infirmier libéral de 40 ans, souffre lui aussi de symptômes compatibles avec le Covid-19. « C’est un système rapide et qui est absolument nécessaire pour éviter de propager un peu plus le virus », juge ce professionnel de santé.

« Ne pas contaminer le personnel et les autres patients »

« Nous avons mis en place ce dispositif depuis quelques jours pour qu’aucun cas suspect au coronavirus ne pénètre dans le laboratoire où il pourrait contaminer notre personnel mais aussi notre patientèle qui continue à venir pour d’autres examens », explique le Dr Guillaume Armana à 20 Minutes. Il précise que ces tests ne sont réalisés que sur prescription médicale : « le prescripteur nous contacte et on organise un rendez-vous avec le patient ».

Mercredi, suite à l’afflux de personnes à l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée, qui a décidé de dépister « tous les malades fébriles qui viennent consulter », l'Agence régionale de santé (Paca) a désaprouvé l'initiative. Et rappelé la stratégie actuelle de la France en la matière. « Il est important de réserver la réalisation des tests à ces personnes, plus fragiles et vulnérables, pour fluidifier leur diagnostic et leur éventuelle prise en charge », a précisé l’organisme.

Les communes accompagnent ces « drives »

A Cannes, la mairie a aménagé la voirie devant les établissements qui avaient demandé l’installation d’un « drive ». « Deux laboratoires privés que nous avons accompagnés proposent désormais ce dispositif », précise à 20 Minutes le maire LR de la ville David Lisnard.

Plusieurs autres laboratoires de Bioestérel, dans d’autres grandes villes des Alpes-Maritimes et du Var ont lancé leur drive quand ils disposent de parking ou en accord avec la commune. La mairie de Nice a annoncé, de son côté, ce jeudi, avoir encadré cette pratique, sur la voie publique, pour deux établissements situés rue Barla et boulevard Dubouchage.

« Suite à la décision de l’Agence régionale de santé [Paca] d’agréer et d’autoriser plusieurs laboratoires d’analyses médicales à faire des tests dans les Alpes-Maritimes afin de désengorger le CHU de Nice, la ville a décidé d’organiser des drive-tests. Ils sont ouverts depuis ce jeudi matin », a fait savoir le maire LR Christian Estrosi.