Coronavirus : L’arrivée des pollens peut être un facteur aggravant du Covid-19

SANTE Atmo Hauts-de-France a observé une arrivée massive des pollens allergisants dans la région

Mikaël Libert

— 

Les conditions météo favorisent la pollinisation (illustration).
Les conditions météo favorisent la pollinisation (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

L’arrivée du printemps, c’est inéluctable, coïncide avec l’arrivée des pollens. Et, selon Atmo Hauts-de-France, les conditions météorologiques de ces derniers jours ont été « très favorables à la pollinisation ». L’alerte aux allergies est donc lancée, d’autant qu’en cette période d’épidémie de coronavirus, cela peut constituer un facteur aggravant pour les malades du Covid-19.

Le phénomène est loin d’être nouveau puisqu’il revient chaque année à la même période. Les personnes allergiques aux pollens en savent quelque chose. Le pire pour elles, ce sont les grains de bouleaux, « particulièrement allergisants », rappelle Atmo. Les pollens de ces bétulacées (bouleau, aulne, noisetier, charme) sont si petits et légers qu’ils peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres au gré du vent.

Rhinite, éternuements, nez bouché, conjonctivite

Les symptômes de l’allergie ne sont pas graves. Entre autres, rhinite, éternuements, nez bouché, conjonctivite. A l’extérieur, on ne peut pas y échapper, et il est recommandé de prendre une douche et changer de vêtements après chaque sortie. A l’intérieur, il faut garder les fenêtres fermées en journée pour aérer le matin ou le soir.

Dans le contexte actuel d’épidémie de coronavirus, une allergie aux pollens n’est pas si anodine. Selon le professeur Karine Faure, cheffe de l’unité des maladies infectieuses au centre hospitalier de Lille, « les pollens ne favorisent bien entendu pas la contraction de la maladie. En revanche, cela peut effectivement représenter un facteur aggravant. »