Coronavirus dans le Grand Est : La région a enregistré 5.000 morts supplémentaires en deux mois, selon l'Insee

EPIDEMIE Le Haut-Rhin a été le département le plus touché de la région, selon une étude de l'Insee sur la surmortalité enregistrée du 2 mars au 1er mai

T.G.

— 

L'entrée des urgences de l'hôpital Hautepierre, à Strasbourg.
L'entrée des urgences de l'hôpital Hautepierre, à Strasbourg. — T. Gagnepain

Le Grand Est a été la sexonder le covid-19. Longtemps, le Haut-Rhin a même été « l’un des foyers infectieux de l’épidémie en Europe », écrit l’ Insee dans une étude publiée ce mardi. Celle-ci s’intéresse particulièrement à la surmortalité du 2 mars au 10 mai.

Pendant ces deux mois et une semaine, le Grand Est a enregistré 15.240 décès, contre 10.300 en moyenne pour la même période entre 2015 et 2019. Ce sont donc environ 5.000 morts supplémentaires (soit un excès de 48 %) qui ont été à déplorer, particulièrement dans le Haut-Rhin. Le département 68 a plus que doublé ses décès (+113 %), là où son voisin bas-rhinois et les Vosges n’ont pas été épargnées non plus (+58 %). La Moselle suit (+47 %) alors que les Ardennes s’en sortent correctement (+7 %).

Autre enseignement de l’étude, ce sont sans surprise les personnes âgées de plus de 70 ans qui ont été les plus touchées, particulièrement les hommes.