Coronavirus : Les moins de 65 ans sont-ils vraiment épargnés par l’épidémie ?

EPIDEMIOLOGIE Les chiffres sur les jeunes admis en réanimation reviennent souvent dans la bouche des politiques, mais les études épidémiologiques renseignent plus précisément

Oihana Gabriel

— 

Les jeunes épargnés par le coronavirus ? — 20 Minutes
  • On entend souvent que les moins de 65 ans seraient peu touchés, ou moins gravement, par l’épidémie de Covid-19.
  • Hospitalisations, entrées en réanimation, décès… 20 Minutes a cherché les informations fiables sur ces patients « jeunes ».
  • On vous résume ces données épidémiologiques en vidéo.

Le jeudi 12 novembre, Jean Castex avait insisté sur le fait que 40 % des patients en réanimation avaient moins de 65 ans. Un chiffre qui peut sembler important, quand on sait que le coronavirus a des conséquences graves surtout sur les personnes âgées. Le gouvernement fait son possible pour sensibiliser les jeunes sur la pandémie et les invite à se protéger. Et dès mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévenait les jeunes : « vous n’êtes pas invincibles », martelait Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Est-ce à dire qu’en réalité, les jeunes ne sont pas si épargnés par le Covid-19 ?

10 % des défunts

Pour en savoir plus, 20 Minutes a cherché les informations existantes sur cette tranche d’âge, plutôt large, dans les derniers points épidémiologiques de Santé Publique France. Bilan : selon les dernières remontées du terrain, le 17 novembre, 21 % des personnes hospitalisées et 34 % des personnes en réanimation avaient moins de 65 ans.

Un chiffre à nuancer pour trois raisons. D’abord, quand on regarde dans le détail, moins de 1 % des personnes en réanimation sont des enfants de moins de 14 ans, et seulement 4 % ont entre 15 et 44 ans. Ce qui colle avec les connaissances sur le Covid-19. Deuxième précision : la grande majorité de ces patients pris en charge souffrent d’autres maux, notamment de diabète, d’hypertension et d’obésité. Enfin, la grande majorité de ces patients en réa s’en sortent : 10 % des décès concernent, depuis le 1er mars, des personnes de moins de 65 ans.