Photo d'iillustration d'un poisson-chat
Photo d'iillustration d'un poisson-chat — Pexels/Pixabay

ÉTUDE

Des chercheurs ont découvert un poisson de la préhistoire… doté de « doigts »

Le fossile d'Elpistostege watsoni, découvert outre-Atlantique, constituerait l'élément manquant à la compréhension de l'évolution entre les poissons et les tétrapodes

Des paléontologues australiens et canadiens se sont intéressés à un animal fossilisé âgé de 375 millions d’années qui constituerait le chaînon manquant de l’évolution entre les poissons et les tétrapodes. Ces derniers sont des vertébrés possédant des poumons, une mâchoire et deux paires de membres leur permettant de se déplacer sur le sol, explique Journal du Geek, qui reprend des données publiées dans la revue Nature ce mercredi.

Les nageoires du spécimen d’Elpistostege watsoni, découvert au Canada, se sont révélées riches d’enseignement. Elles sont en effet constituées d’os dont l’assemblage est similaire à celui des bras, mains et doigts humains. Les appendices du poisson sont articulés autour d’un humérus, d’un radius d’un cubitus, de carpes, de métacarpes et de plusieurs phalanges, indique l’étude.

Évolution de la main humaine

« C’est la première fois que nous découvrons de véritables doigts dépassant des nageoires d’un poisson », s’est réjoui John A. Long, coauteur des travaux, dont les propos sont relayés par Journal du Geek. La découverte effectuée en observant ce fossile de près de 1,60 mètre de long prouve qu’au cours de la préhistoire, certains poissons ont été dotés, petit à petit, de mains et de doigts. Ces derniers ont rendu possible la sortie de l’eau de ces animaux en se hissant sur leurs membres, à l’image des tétrapodes que nous connaissons aujourd’hui.

Les scientifiques de l’université de Flinders (Australie) ont mis en ligne sur YouTube une vidéo d’animation reconstituant les mouvements de l’Elpistostege watsoni. Elle montre comment ce « fossile préhistorique de poisson révèle l’origine de l’évolution de la main humaine ».