Charente-Maritime : Après une « tentative d’assassinats », elle mobilise les internautes pour aider son frère et sa mère

BY THE WEB La cagnotte en ligne lancée le 1er mars par Virginie Cilia après que sa mère et son petit frère ont été grièvement brûlés dans une tentative d’assassinats frôle les 700 contributions. La famille a aussi reçu le soutien de l’équipe de Marlène Schiappa

Marion Pignot

— 

Virginie Cilia, 18 ans, a lancé une cagnotte en ligne après que sa mère, Liliane De Oliveira, et son petit frère, Tony, ont été victimes d’une « tentative d’assassinat » à Pons (Charente-Maritime) .
Virginie Cilia, 18 ans, a lancé une cagnotte en ligne après que sa mère, Liliane De Oliveira, et son petit frère, Tony, ont été victimes d’une « tentative d’assassinat » à Pons (Charente-Maritime) . — Virginie Cilia/Leetchi
  • Après que sa mère et son petit frère de 8 ans ont été victimes, le 14 février, d’une « tentative d’assassinats », Virginie Cilia a lancé un appel à l’aide sur Twitter, puis une cagnotte en ligne.
  • Ses messages, accompagnés de photos des deux victimes recouvertes de pansements, ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux.
  • La famille de Virginie reçoit depuis énormément de témoignages d’affection et des dons.
  • Le compagnon de sa mère, soupçonné d’avoir accidenté et brûlé la voiture, a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Cent vingt caractères postés le 1er mars sur Twitter et, depuis, Virginie Cilia croule sous les messages de soutien et d’affection. Sous les dons aussi. Car la jeune femme de 18 ans qui habite Pons (Charente-Maritime) a lancé une cagnotte en ligne après que sa mère, Liliane De Oliveira, et son petit frère, Tony, ont été victimes d’une « tentative d’assassinat ». Virginie demande à tous ceux qui veulent bien l’écouter d’aider les deux membres de sa famille grièvement brûlés, le 14 février dernier, par l'ancien compagnon de sa mère.

« Passé la colère, on s’est rendu compte que le peu de gens qui nous parlaient de ce drame évoquaient un accident de voiture, ce qui est faux, commente ce mercredi Jocelyn, petit ami venu rendre visite à sa belle famille au CHU de Bordeaux. On s’est dit qu’il fallait communiquer, sortir les mots "féminicide" et "tentative d’assassinat" pour que chacun sache que ce qui s’est vraiment passé. »

Vient ensuite l'idée de la cagnotte, parce que Virginie Cilia, ses deux sœurs (Patricia, 23 ans et Sandy, 22 ans) tout comme le père de Tony se sont sentis « désemparés » et, comme le souligne Virginie, « seuls au monde ». Le post Twitter, accompagné du lien vers Leetchi et de photos de Tony et Liliane recouverts de pansements, fait rapidement le tour des réseaux sociaux et connaît un large retentissement médiatique. Si bien que la famille de Virginie a même pu s’entretenir avec l’équipe de  Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. « Ils nous ont conseillés, proposé un soutien administratif et de nous rapprocher des associations d’aide aux victimes », précise Jocelyn à 20 Minutes, avant d’ajouter « c’est bien ces associations, car les filles auront aussi besoin d’être suivies après ce traumatisme ».

« Tony n’aura plus jamais une vie normale »

La cagnotte qui cumule aujourd'hui plus de 10.000 euros existe pour ce soutien au long cours. Elle est également là pour donner un coup de pouce au jeune couple qui peine « à mettre de l’essence dans la voiture » pour faire ce Pons-Bordeaux quasi quotidien, pour soutenir financièrement le papa de Tony « qui passe ses jours et ses nuits à l’hôpital », pour, « qui sait, offrir plus tard une voiture aux vitres adaptées à Tony brûlé au 3e degré sur 90% du corps ». « Parce qu’il n’aura plus jamais une vie normale, parce qu’il ne pourra plus aller à la plage comme tous les enfants de son âge, parce qu’il faudra avancer les frais de kiné, d’avocats, de rééducation ou de greffes et trouver des vêtements adaptés », énumère encore Virginie, qui assure « ne pas réussir à sortir la tête de l’eau depuis le 14 février ».

Ce jour-là, à Pons (Charente-Maritime), Jean-Michel Avril force la mère de Virginie et ex-compagne de 46 ans ainsi que le fils de cette dernière, Tony, à monter dans sa voiture. « Il semble avoir une seule idée en tête : se venger que ma mère ait pu le quitter… sa course folle va finir dans un poteau électrique dans le bas de la ville de Pons », raconte Virginie. Cet ouvrier retraité de 64 ans aurait alors incendié le véhicule en mettant le feu à un plaid imbibé de carburant. Grièvement brûlés, Liliane et Tony sont hospitalisés à Bordeaux. Jean-Michel Avril est mis en examen pour « tentative d’assassinat » et placé en détention provisoire.

« Il ne supportait pas la séparation »

Virginie parle de « féminicide », le parquet de la Rochelle évoque « une tentative avérée de double assassinat ». « Juridiquement le terme de féminicide n’est pas reconnu mais il semblerait que cet homme, qui n'avait jamais fait parler de lui, souhaitait s’en prendre à son ex-compagne parce qu’il ne supportait pas la séparation, indique la vice-procureure. Ce jour-là, l’enfant était avec elle et il a décidé que tout le monde devait "partir". »

Jean-Michel Avril avait laissé une lettre à sa fille, expliquant vouloir mettre fin à ses jours en « emmenant son ex-compagne ». « Les forces de l’ordre ont été prévenues le jour même mais le drame venait d’avoir lieu, précise le parquet de La Rochelle à 20 Minutes. L’enquête devra déterminer si cet homme souhaitait vraiment en finir parce que, lui, il s’en est sorti. »

Au service des grands brûlés du CHU de Bordeaux, Liliane et son fils ont été plongés dans le coma afin d’être soignés. La mère de famille en est sortie ce dimanche et, selon Virginie, Tony se réveille « doucement, par intermittence ». Si le pronostic vital des deux victimes était engagé à leur arrivée au CHU de Bordeaux, ce n’est, selon le parquet, plus le cas aujourd’hui.