Rennes : Deux individus interpellés après la découverte d’un cadavre dans un chariot de supermarché

FAITS DIVERS Lundi matin, le corps partiellement brûlé d'un homme de 37 ans a été découvert sur un parking

Camille Allain

— 

Le parking souterrain de l'IRSS, à Rennes, où un cadavre a été retrouvé dans un chariot de supermarché le 16 mars 2020. Une importante mare de sang est toujours visible au sol.
Le parking souterrain de l'IRSS, à Rennes, où un cadavre a été retrouvé dans un chariot de supermarché le 16 mars 2020. Une importante mare de sang est toujours visible au sol. — C. Allain / 20 Minutes

L’enquête a rapidement avancé. Mardi, deux individus soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre d’un homme dont le corps sans vie a été retrouvé tôt lundi matin à Rennes ont été interpellés, a appris 20 Minutes. D’après le procureur de la République Philippe Astruc​, ces deux hommes sont deux « proches de la victime ». Cette dernière, âgée de 37 ans, a été retrouvée morte dans un chariot de supermarché dans le parking de l’institut régional de la santé et du sport (IRSS), sur le campus Beaulieu, à Rennes. Le corps était partiellement brûlé. Sur place, une importante flaque de sang était toujours visible, comme l’a constaté 20 Minutes.

Réalisée lundi, l’autopsie « a révélé la présence de diverses lésions traumatiques », précise le procureur. Saisie de l’enquête, la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes a procédé à l’interpellation des deux individus mardi. Les investigations se poursuivent afin de préciser le rôle éventuel des deux mis en cause dans ces faits criminels. Les deux hommes sont susceptibles d’être poursuivis pour homicide volontaire.

Le visage partiellement brûlé

Lundi matin, ce sont des salariés d'une entreprise installée à côté de l'école qui ont découvert le corps. «Son visage était partiellement brûlé. La police avait imposé un périmètre», évoquait un témoin de la scène lundi, précisant que le corps était «torse nu». Choqués, les salariés concernés sont rentrés chez eux. 

Le chariot a été laissé dans un parking couvert, près d'une haie, à l'abri des regards surtout dans cette zone universitaire déserte en cette période de confinement.