Coronavirus : Voici la nouvelle version, plus stricte, de l’attestation de déplacement

DEROGATION Il faut désormais inscrire l'heure de sa sortie, et l'activité physique et les rendez-vous médicaux sont plus restreints qu'avant

P.B.

— 

Depuis le 24 mars, il faut inscrire l'heure sur la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire.
Depuis le 24 mars, il faut inscrire l'heure sur la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire. — Ministère de l'Intérieur

Il faut s’en munir depuis mardi. La nouvelle version de « l’attestation de déplacement dérogatoire » est disponible sur le site du ministère de l’Intérieur. Elle reprend les points du décret présenté par Edouard Philippe lundi. Au programme : des restrictions pour les sorties dans son quartier, notamment pour l’activité physique, ainsi que pour les rendez-vous médicaux. Il faut également inscrire l’heure de son déplacement.

Désormais, les sorties sportives ou les promenades sont limitées à une heure quotidienne, dans « un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile ». Elles doivent être effectuées en solitaire ou uniquement « avec les personnes regroupées dans un même domicile », par exemple ses enfants. Pour les rendez-vous médicaux, le décret les limite aux urgences et « aux soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ». Les consultations pour des maladies chroniques sont également autorisées.

Le confinement pourrait durer jusqu’à six semaines

L’attestation comporte deux nouveaux motifs : la convocation judiciaire ou administrative, et la participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative. Le décret du 23 mars a également interdit les marchés en plein air, sauf sur dérogation obtenue par les maires auprès des préfets, notamment dans les villages.

Alors qu’un confinement a été imposé pour deux semaines, il devrait, sans surprise, durer plus longtemps. Mardi, le Conseil scientifique a rendu son avis : « Le confinement durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place (le 17 mars) ». Le ministre de la Santé a toutefois souligné qu’il ne s’agissait à ce stade que d’une « estimation ». Mais alors que le seuil des 1.000 morts a été dépassé en France et que la courbe semble encore loin de son apogée, cette estimation est sans doute proche de la réalité.