Coronavirus : Comment la gendarmerie sécurise l'arrivée de masques en provenance de Chine

COVID-19 Dans la Marne, les gendarmes ont mis en place d’importantes mesures de sécurité pour éviter les vols

Thibaut Chevillard

— 

Un gendarme armé devant l'avion acheminant en France des millions de masques médicaux
Un gendarme armé devant l'avion acheminant en France des millions de masques médicaux — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
  • Un avion-cargo transportant 8,5 millions de masques médicaux a atterri ce lundi à l’aéroport de Paris-Vatry (Marne) dans le cadre du « pont aérien » lancé dimanche entre la Chine et la France.
  • Une centaine de gendarmes sont mobilisés – sur les pistes et autour de la piste – pour éviter que ces masques, destinés au personnel médical, ne soient volés.

L’appareil s’est posé sur le tarmac de l'aéroport de Paris-Vatry (Marne) peu après 14 h ce lundi. A bord de l’Antonov-124 de la compagnie Volga-Dnepr, 8,5 millions de masques médicaux. Une cargaison « un peu sensible », explique à 20 Minutes le colonel Gilles Cossas, commandant en second de la région de gendarmerie de Champagne-Ardenne. Il faut dire que ces derniers temps, les masques – qui manquent cruellement dans les hôpitaux – font l’objet de toutes sortes de trafics. Alors, la gendarmerie ne lésine pas sur les moyens pour « dissuader les gens qui auraient envie de détourner un camion ».

Une centaine de tonnes de matériel est déjà arrivée lundi à Paris-Vatry dans le cadre du « pont aérien » lancé dimanche entre la Chine et la France pour faire face à l’épidémie de coronavirus. Une seconde livraison de 12 millions de masques, de toutes catégories, est attendue dès ce mercredi. Au total, les deux avions-cargos affrétés par la société Geodis pour le compte de l’Etat devraient opérer au moins seize rotations depuis Shenzhen et Shanghai au cours des deux prochaines semaines.

« Une délinquance portée sur les vols de fret »

Une centaine de gendarmes sont donc mobilisés pour assurer le bon déroulement des opérations. La gendarmerie des transports aériens est chargée de la sécurité à l’intérieur de l’enceinte de cette ancienne base aérienne de l’Otan. L’objectif, pour ces militaires, est de mettre en place une bulle de protection autour des avions en empêchant la présence sur les pistes de personnes n’ayant pas été habilitées par la préfecture après avoir fait l’objet d’une enquête administrative. Les gendarmes du groupement de la Marne, eux, sécurisent « les parkings, les ronds points, les accès à l’aéroport », poursuit le colonel Gilles Cossas.

Une fois déchargés, les masques sont ensuite acheminés vers trois sites de stockages provisoires dans la Marne. Les camions les transportant sont escortés jusqu’aux entrepôts par des motards de la gendarmerie. En effet, souligne le colonel Gilles Cossas, « il y a, en France, une délinquance portée sur les vols de fret, sur les camions, qui est importante ».

Les sites de stockage, précise l’officier, seront « gardés par les militaires de l’armée de terre, comme ça on est tranquille ». Les masques seront acheminés vers les hôpitaux dès la fin de la semaine.