Coronavirus : Rugbyman professionnel, Bakary Meité s’engage comme agent d’entretien dans un hôpital parisien

SOLIDARITE Bakary Meité, troisième ligne de l’US Carcassonne (Pro D2), a choisi de devenir agent d’entretien dans un hôpital parisien pendant l’épidémie de coronavirus

N.S.

— 

Bakary Meité, ici sous le maillot du Stade Français le 12 janvier 2018. Le rugbyman s'est engagé comme agent d'entretien dans un hôpital parisien durant l'épidémie de coronavirus.
Bakary Meité, ici sous le maillot du Stade Français le 12 janvier 2018. Le rugbyman s'est engagé comme agent d'entretien dans un hôpital parisien durant l'épidémie de coronavirus. — Kevin Murray / ProSports / Rex / Shutterstock / Sipa

A 36 ans, Bakary Meité étire sa longue carrière de rugbyman à l’US Carcassonne (Pro D2), après avoir notamment évolué à Massy, Béziers et au Stade Français. Comme tous ses collègues sportifs, le troisième ligne est privé de compétition, pour cause de confinement lié au coronavirus. Il a décidé de s’engager comme agent d’entretien à l’hôpital Sainte-Périne à Paris, comme il le raconte dans un témoignage fort à RMC Sport.

« L’hôpital cherchait des gens pour pouvoir faire le ménage, parce que cette période est très dure pour eux, explique Meité. Il manquait du monde. » L’international ivoirien explique avoir suivi son neveu Zakaria, en début de semaine dernière. Il officie dans deux bâtiments de cet établissement hospitalier du 16e arrondissement.

« Je nettoie tout ce qui est à portée de la main »

« Je désinfecte tout, détaille-t-il. Je nettoie tout ce qui est à portée de la main. Les rampes, les interrupteurs, les poignées de portes, les fenêtres, les tours de fenêtre… »

Le rugbyman raconte les scènes très difficiles auxquelles il est confronté, et salue le courage du personnel soignant et de ses collègues.

« Je travaille avec des gens qui font ça toute leur vie », rapporte celui dont la mère a exercé le même métier « pendant 30 ans ». « Ce sont des gens qui sont tous d’origine étrangère et ils sont en première ligne, observe Meité. C’est ça la France. »