Coronavirus : 44 % des jeunes de 18 à 30 ans pensent que la société post-Covid-19 sera pire qu’avant

INFO «20 MINUTES» « 20 Minutes » s’est associé à OpinionWay et à HEYME pour mettre en place un baromètre hebdomadaire du moral des jeunes de 18 à 30 ans pendant le confinement

Charlotte Murat

— 

76% des jeunes de 18 à 30 ans pensent que la société post-Covid-19 sera marquée par davantage d'inégalités sociales.
76% des jeunes de 18 à 30 ans pensent que la société post-Covid-19 sera marquée par davantage d'inégalités sociales. — 20 Minutes/Canva
  • 44 % des 18-30 ans pensent que la société post-Covid-19 sera pire qu’avant, selon le dernier baromètre « #MoiJeune, confiné et demain ? », HEYME – 20 Minutes – OpinionWay.
  • Ils anticipent un monde marqué par la défiance vis-à-vis des institutions, moins de liberté, plus d’inégalités sociales, l’oubli progressif des « invisibles », et la priorité de l’économie sur l’humain.
  • Face aux jours sombres qui nous attendent, ils continuent de privilégier la défense de l’environnement, car ne rien faire aurait des conséquences pires que le Covid-19.

Après sept semaines de confinement, le moral des jeunes de 18 à 30 ans continue de se dégrader. Ils sont 45 % à déclarer qu’il a encore baissé la semaine dernière, selon le dernier baromètre « #MoiJeune, confiné et demain ? », HEYME – 20 Minutes – OpinionWay *.

Et à quelques jours du déconfinement, alors que l’on va devoir « apprendre à vivre avec le virus » et qu’une grave crise économique se prépare, les jeunes entrevoient l’avenir avec pessimisme. 44 % d’entre eux pensent ainsi que la société française post-Covid-19 sera pire qu’avant.

Lorsqu’on les interroge sur ce qui dominera à l’issue de la crise, 86 % des 18-30 ans citent la défiance envers les institutions, 76 % pensent que l’ordre prendra le pas sur la liberté, qu’il y aura davantage d’inégalités sociales et de règles économiques, 69 % présument que la priorité sera donnée à l’économie et 52 % anticipent le fait que l’individualisme prendra le pas sur l’entraide.

Repli sur soi et oubli des « invisibles »

« Dans les moments de crise, on observe une tendance au repli sur soi, puisqu’on peut moins compter sur la société pour assurer notre bien-être, analyse Eléonore Quarré, directrice d’études chez OpinionWay, en charge de cette enquête. Et cela, au risque de ne plus prendre en compte les populations les plus fragiles. Tout ce qui était notable et beau pendant cette crise va être oublié. » Ainsi, 70 % des jeunes sont persuadés que l’on oubliera progressivement les « invisibles », ceux que l’on a tellement remerciés depuis le début de la crise.

Les seules valeurs positives qui ressortent pour l’avenir sont la convivialité et la sociabilité, qui domineront face au repli sur soi pour 59 % des jeunes. « Avec le confinement, beaucoup ont connu un isolement forcé, poursuit Eléonore Quarré. Ils ont maintenant envie d’aller physiquement vers les autres pour passer de bons moments avec eux. »

Protéger la planète

Face aux jours sombres qui nous attendent, les jeunes continuent de mettre en avant l’écologie. Maintenir les objectifs environnementaux doit être pour 56 % d’entre eux la priorité du gouvernement dans les prochains mois, devant la revalorisation des salaires des personnels soignants (55 %) et la relocalisation en France des produits essentiels (53 %).

Quant à la société idéale de demain, elle privilégie l’environnement pour 49 % d’entre eux, loin devant la santé de tous les citoyens, prioritaire pour seulement 19 % des 18-30 ans. « Cette génération est hypersensible aux questions environnementales, explique Eléonore Quarré. Les jeunes sont conscients que la santé de tous les citoyens est en réalité le bout de la chaîne. L’épidémie de Covid-19 représente certes une crise, mais ils sont conscients que ne rien faire pour l’environnement est une catastrophe, avec des effets encore plus importants que ceux du Covid-19. »

Baromètre « #MoiJeune, Confiné et demain ? », HEYME – 20 Minutes – OpinionWay, réalisé en ligne du 30 avril au 3 mai 2020 auprès d’un échantillon représentatif de 549 jeunes âgés de 18 à 30 ans, selon la méthode des quotas.

Si vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez participer au projet « #MoiJeune », une série d’enquêtes lancée par 20 Minutes et construite avec et pour les jeunes. Toutes les infos pour vous inscrire en ligne ici.