Le patient dément le contenu de cette publication.
Le patient dément le contenu de cette publication. — Capture d'écran Facebook

FAKE OFF

Coronavirus : Agnès Buzyn a-t-elle soigné un malade avec de l’hydroxychloroquine ? Le patient dément

Mathilde Cousin

Une publication assure que l’ancienne ministre de la Santé, qui est redevenue médecin, d’avoir administré la molécule à un malade. Ce patient dément auprès de « 20 Minutes »

  • Une publication relayée sur les réseaux sociaux assure que l’ancienne ministre de la Santé, qui est redevenue médecin, a administré de l’hydroxychloroquine à un malade.
  • Ce patient dément auprès de 20 Minutes.
  • La publication accuse également à tort Agnès Buzyn d’avoir classé le médicament comme une substance vénéneuse.

Elle a repris sa blouse de médecin pour lutter contre l’épidémie de coronavirus après être arrivée en troisième place au premier tour des élections municipales à Paris. Un mois et demi après ce dimanche de mars, Agnès Buzyn est visée par une rumeur sur les réseaux sociaux. Des publications accusent à tort l’ancienne ministre de la Santé, redevenue professeure d’hématologie, d’avoir soigné un patient avec de l’hydroxychloroquine, la molécule recommandée par le professeur Didier Raoult.

Agnès Buzyn n'a pas soigné ce patient avec cette molécule.
Agnès Buzyn n'a pas soigné ce patient avec cette molécule. - Capture d'écran Facebook

FAKE OFF

Raymond B., le patient à qui font allusion ces publications, confirme à 20 Minutes avoir été hospitalisé à l’hôpital militaire Percy, à Clamart, en Ile-de-France. C’est dans cet établissement que l’ancienne ministre de la Santé a repris ses fonctions de médecin. Toutefois, il est « faux », détaille-t-il, de dire qu’Agnès Buzyn l’a traité avec de l’hydroxychloroquine.

Le patient a bien été traité avec cette molécule pendant quelques jours, mais l’ancienne ministre ne la lui a pas prescrite. La première fois qu’il l’a vue, il explique d’ailleurs « ne pas l’avoir reconnue », notamment en raison des masques. « Le lendemain, on a bavardé. On a parlé des élections. » L’ex-membre du gouvernement était là « en renfort, se souvient Raymond B.. J’ai vu plein de médecins défiler. »

Le producteur déplore la fausse polémique : « Je me suis fait insulter sur les réseaux sociaux, c’est pathétique. » Il avait déjà été obligé de répondre à la rumeur mi-avril, avant que celle-ci ne renaisse en ce début de semaine. Contacté par 20 Minutes, l’entourage d’Agnès Buzyn n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Un classement de l’hydroxychloroquine qui n’est pas lié au Covid-19

Cette publication accuse également l’ancienne ministre d’avoir « fait classer ce médicament [l’hydroxychloroquine] comme étant nocif pour la santé publique ». Il s’agit d’une allusion à un décret du 13 janvier, publié quand celle-ci était encore en poste au gouvernement. Ce décret place ce médicament « sur la liste II des substances vénéneuses ». En conséquence, la molécule n’est plus disponible en vente libre.

Comme l'explique Libération, ce classement n’est pas lié à l’apparition du Covid-19. Il fait suite à un avis de l’Agence nationale de sécurité du médicament (l’ANSM), rendu avant le début de l’épidémie. L’ANSM avait été sollicitée après le dépôt d’une demande de mise à jour des informations du médicament. Cette demande avait été déposée en 2018 par Sanofi, le laboratoire qui produit le médicament.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.