VIDEO. Déconfinement à Rennes : La cueillette de fruits et légumes prise d’assaut par les familles

ALIMENTATION A Thorigné-Fouillard, les maraîchers voient passer de plus en plus de monde dans leurs champs

Camille Allain

— 

Une femme cueille des fraises sur le site de cueillette de Thorigné-Fouillard, près de Rennes.
Une femme cueille des fraises sur le site de cueillette de Thorigné-Fouillard, près de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Autorisée depuis le déconfinement, la cueillette de fruits et légumes fait un carton à Thorigné-Fouillard, près de Rennes.
  • Des règles sanitaires ont été imposées et un unique sens de circulation a été établi.
  • Le confinement a semblé marquer un retour vers les producteurs de proximité et les circuits courts.

« C’est de la folie ». Le parking est chargé, très chargé. Une semaine après le début du déconfinement, le site de cueillette de fruits et légumes de Thorigné-Fouillard a vu sa fréquentation exploser. Lundi après-midi, des dizaines de familles étaient présentes pour cueillir des fraises, des courgettes, de la rhubarbe ou ramasser les premières cerises. « D’habitude, notre jour creux c’est le lundi. Mais il n’y a plus de jour creux on dirait », ironise le jeune homme à l’entrée de la ferme. Assis sur une remorque agricole qui fait office de sas d’entrée, ce salarié de la Cueillette de Thorigné distille les consignes. « Vous ne pouvez pas revenir en arrière. Et vous ne pourrez rentrer qu’un par un dans le magasin pour régler ».

Cette année, le site de cueillette a pu ouvrir un peu plus tôt que prévu en raison de la météo favorable. Depuis une quinzaine de jours, le patron des lieux voit de plus en plus de monde défiler dans ses allées. Après avoir maintenu son magasin ouvert pendant le confinement, Jean-Paul Ferron a milité auprès de la préfecture pour pouvoir rouvrir sa cueillette. « Oui, j’ai été inquiet de ne pas pouvoir rouvrir. Mais on a reçu l’autorisation, il a juste fallu s’adapter ». Les brouettes sont interdites et un sens de circulation a ainsi été instauré pour éviter que les clients ne se croisent. Sur ce site de 55 hectares, ce n’est pas la place qui manque et la distanciation sociale est aisée. Dans les rangs de fraises, les cueilleurs d’un jour prennent soin de ne pas s’approcher les uns des autres.

« Les règles se sont assouplies »

Pendant quelques jours, Jean-Paul Ferron avait interdit aux familles de venir, demandant aux personnes de venir seules. « J’ai dû refuser l’accès à une mère avec ses trois enfants. J’en avais honte ». L’agriculteur a finalement obtenu le feu vert pour laisser les petits groupes passer, à condition qu’ils ne passent pas tous par le magasin à la fin. « Les règles se sont assouplies ». En ce lundi ensoleillé, les cerisiers ont tremblé sous les mains d’adultes et d’enfants ravis de pouvoir sortir. « C’est une autre forme d’école ici. On apprend à cueillir les cerises, on regarde la nature faire son travail. On est bien dehors », résument deux mamans, chacune perchée sur un escabeau. A leurs côtés, des enfants jouent. « On ne risque rien si on fait attention car on est en plein air. Je trouve ça rassurant », poursuit un habitué des lieux.

Venu avec sa fille Mathilde, Christophe est également serein. « On a pris le masque pour l’entrée et la sortie mais sinon, on est tranquille. Mais je reconnais qu’il y a du monde. Ils sont victimes de leur succès ». A la sortie des champs, c’est l’embouteillage. Les cueilleurs font la queue à l’entrée du magasin, patientent au soleil, en gardant leurs distances. « On sent qu’il y a une attente pour revenir au local, au commerce de proximité. Ici, c’est vous qui cueillez votre salade, c’est du circuit très très court. C’est plus rassurant ».

Le magasin a cartonné pendant le confinement

Les chiffres le confirment. Pendant le confinement, le magasin de la ferme a continué d’ouvrir et a vu sa fréquentation doubler. La cueillette, qui représente 40 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, est également très tendance et continue de séduire de nouveaux adeptes. Pas certain qu’il reste beaucoup de fraises pour les clients demain.