Non, le mont Blanc ne va pas être rebaptisé le « grand Mont »

FAKE OFF Un tweet parodique publié ce week-end pour moquer la prise de position de L’Oréal a été relayé sur Facebook de façon virale et a été pris au premier degré par certains internautes

Marie-Laetitia Sibille

— 

Le sommet du Mont-Blanc. au lac de Javen (1.397 m), à Megève.
Le sommet du Mont-Blanc. au lac de Javen (1.397 m), à Megève. — xavier FRANCOLON/SIPA
  • Après la décision de L’Oréal de supprimer les mots « blanc », « blanchissant » et « clair » de ses produits, un tweet parodique faisant croire que le mont Blanc allait changer de nom est devenu viral et a donné lieu à de nombreux commentaires.
  • Son auteur, qui a reçu des menaces, explique à 20 Minutes qu’il ne s’attendait pas à de telles réactions.
  • Cette polémique fait réagir le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie), qui se bat de son côté pour défendre l’environnement du célèbre sommet.

« Mais que faire de Michel Blanc, Michel Noir et Pascal Nègre ? » C’est avec ces mots ironiques qu’un tweet sur le mont Blanc a été largement repris et commenté sur Facebook. Posté ce samedi, il informait du changement de nom du point culminant des Alpes, rebaptisé « grand Mont ». Le témoignage d’un militant d’ Extinction Rebellion, prétendument cité par l’AFP (Agence France presse), venait justifier la décision : « Un sommet blanc, symbole d’oppression, qui domine l’Europe, il y a quelque chose qui ne passe plus en 2020. »

Le tweet a été largement repris sur Facebook.
Le tweet a été largement repris sur Facebook. - Capture d'écran

Ce tweet ironique faisait écho à la polémique soulevée par la décision de L'Oréal ce week-end, qui a annoncé la suppression de certains mots, comme « blanchissant », de ses produits. Très rapidement après cette annonce, une campagne de boycott via le hashtag #BoycottLoreal a été lancée sur les réseaux sociaux.

FAKE OFF

L’auteur du tweet devenu viral témoigne auprès de 20 Minutes l’avoir supprimé après avoir reçu « des menaces » sur les réseaux sociaux : « C’était évidemment une parodie, je pensais que c’était suffisamment absurde pour ne pas être pris au sérieux. Quand j’ai pensé à cette histoire de mont Blanc, je me suis dit : "C’est suffisamment gros pour ne pas être ambigu." Malheureusement, j’ai créé une fake news à mon insu, beaucoup ont ri, mais certains y ont cru. Ça m’arrive de temps en temps de rebondir sur l’actualité avec ce genre de blague, mais d’habitude, ça ne crée pas la polémique. Je l’avais fait sur la campagne de Benjamin Griveaux, en inventant une histoire de canons à neige qu’il comptait installer à Montmartre et que j’avais signé AFP. Le tweet avait fait beaucoup rire, sans créer de polémique, et sans être pris au premier degré. Avec le mont Blanc, on peut dire que j’ai complètement raté mon coup. »

Les réactions et menaces à ce tweet parodique illustrent une nouvelle fois à quel point le contexte est tendu, après la colère exprimée depuis la mort fin mai de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc à Minneapolis.

Blanc comme les neiges éternelles

Interrogé par 20 Minutes, le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie), Jean-Marc Peillex, qui milite depuis des années pour la protection du mont Blanc comme espace naturel unique, remet de son côté les pendules à l’heure : « Si ce nom était discriminatoire, pourquoi pas ? Mais là, il se trouve qu’il est blanc à cause des neiges éternelles. Tout ça est vraiment dégradant en fait, c’est se moquer des gens ! »

La Commission nationale de toponymie (CNT), rattachée au Conseil national de l’information géographique (Cnig), se charge de conserver le patrimoine toponymique en France. Elle élabore la liste des noms de villes, de reliefs et de rivières. « Mais techniquement, ce sont les conseils municipaux qui ont tout pouvoir sur la toponymie. Pour le mont Blanc, trois communes sont concernées, Chamonix, Saint-Gervais et Courmayeur en Italie. Ce n’est donc pas demain la veille que ce nom pourra changer », explique le Cnig à 20 Minutes.

La marque Saint-Gervais Mont-Blanc acquise par L’Oréal

« Il y a également les marques déposées à l’INPI (Institut national de la propriété intellectuelle), comme les stylos Montblanc, qui sont allemands, poursuit Jean-Marc Peillex. Il y a aussi la marque cosmétique Saint-Gervais Mont-Blanc. » Cette dernière utilise l’eau thermale du mont Blanc de Saint-Gervais, reconnue par l’Académie de médecine pour ses vertus réparatrices, apaisantes et cicatrisantes. En 2016, les thermes de Saint-Gervais et sa gamme de soins ont été acquis par… L’Oréal.

Quoi qu’il en soit, « les sportifs de tous les continents sont les bienvenus pour gravir le mont Blanc, du moment qu’ils respectent l’environnement », conclut Jean-Marc Peillex. Un arrêté visant à mieux réglementer l’accès et les activités au cœur de ce site est en cours d’élaboration.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.